28/08/2018 15h:38 CET | Actualisé 28/08/2018 15h:38 CET

Après sa campagne d'écoute et de dialogue, l'heure est au bilan chez Centale Danone

Dans la tourmente depuis avril dernier, Centrale Danone s'apprête à dévoiler un nouveau modèle pour le marché marocain

Youssef Boudlal / Reuters

ENTREPRISE - Après la phase d’écoute et de dialogue de sa campagne “ntwaslo”, c’est le moment de faire des choix chez Centrale Danone. Une nouvelle phase, ouverte depuis le 22 août dernier, et qui se poursuit jusqu’au 2 septembre sur la plateforme ntwaslo.com, invite les internautes à indiquer s’ils souhaitent voir appliquer une ou plusieurs des propositions suggérées.  

Dans son communiqué, la branche marocaine de l’entreprise laitière française  souligne que “le déploiement de la première phase de la campagne ‘ntwaslo’ a permis de toucher 10 millions de Marocains, de visiter une trentaine de villes dont cinq qui ont accueilli des réunions publiques”, à Marrakech, Casablanca, Rabat, Meknès et Agadir, ajoutant que les collaborateurs de la marque ont pu rencontrer près de 90.000 personnes en 13 jours et que la plate-forme web “ntwaslo” a enregistré plus de 700 propositions envoyées par les internautes.

“Il s’agit d’un dispositif d’écoute et de dialogue sans précédent que Centrale Danone a déployé du 31 juillet au 13 août 2018 avec l’ensemble des intervenants de la chaîne de valeur du lait: éleveurs, commerçants et consommateurs”, souligne l’entreprise qui fait l’objet d’une campagne de boycott depuis le 20 avril dernier.

Il faudra cependant attendre fin septembre pour découvrir le nouveau modèle, et les décisions adoptées par Centrale Danone pour le marché marocain, sur la base des “propositions plébiscitées par les internautes”.

Pour rappel, lors de son déplacement à Casablanca le 26 juin dernier, soit un mois avant le lancement de cette consultation nationale, Emmanuel Faber, PDG de Danone, avait annoncé trois grandes décisions prises par la compagnie. L’entreprise s’est notamment dite prête à ne plus faire aucun profit sur le lait frais pasteurisé centrale. “Notre objectif est de rechercher l’équité pour la marque, d’assurer un prix du lait le moins cher possible pour les commerçants et les consommateurs tout en protégeant au maximum le prix payé à nos éleveurs partenaires”, affirmait alors le président.

Autre décision avancée: continuer à offrir “un lait frais pasteurisé aux meilleurs standards de qualité, produit exclusivement à partir du lait issu des éleveurs partenaires marocains”, avec promesse de “transparence totale sur les coûts supportés par Centrale Danone pour la collecte, les tests qualité, la pasteurisation, l’emballage, le transport et les coûts de commercialisation du lait frais pasteurisé Centrale”.

Enfin, Emmanuel Faber s’était engagé à rendre le prix du lait plus abordable, de façon durable.“Nous allons faire confiance aux commerçants et consommateurs, parties-prenantes de la filière du lait frais pasteurisé, pour qu’ils décident ensemble de ce que doit être son ‘juste prix’, un prix qui soit à la portée de tous les ménages et équitable pour tous, y compris les producteurs de lait”, indiquait ainsi le PDG de Danone.