MAROC
11/06/2019 14h:56 CET | Actualisé 11/06/2019 15h:12 CET

Après les ophtalmologues, les opticiens annoncent un sit-in à Rabat

Plus de 1000 opticiens de tout le Maroc sont attendus.

Vasyl Dolmatov via Getty Images

CONFLIT SOCIAL - Après les ophtalmologues privés, les opticiens voient rouge. Le Syndicat Professionnel National des Opticiens du Maroc (SPNOM) annonce  à son tour la tenue d’un sit-in, ce mercredi 12 juin devant le ministère de la Santé à Rabat. 

“Plus de 1000 opticiens venus de tout le Maroc sont attendus au sit-in dont l’objectif principal est de revendiquer la réforme du projet de loi afin de clarifier le statut de l’opticien lunetier et définir ses pouvoirs selon son rôle et sa formation”, annonce le SPNOM.

En cause, le projet de loi 45.13 relatif à l’exercice des professions de rééducation, de réadaptation et de réhabilitation fonctionnelle, et dont l’un des articles suscite depuis quelques mois un conflit entre ophtalmologues et opticiens lunetiers. 

L’article 6, qui stipule ainsi que “l’opticien lunetier délivre au public des articles d’optiques destinés à corriger ou à protéger la vue”, prévoit également que l’opticien “réalise l’adaptation et l’ajustage desdits articles au moyen d’instruments de contrôle nécessaire”. L’article en question n’autorise pas cependant l’opticien lunetier à délivrer un dispositif médical d’optique sans prescription médicale dans 4 cas: pour les sujets de moins de 16 ans, lorsque l’acuité visuelle est inférieure ou égale à 6/10 après correction ou encore en cas d’amétropies fortes et de presbyties en discordance avec l’âge.

“Ces textes rajoutés autoriseraient les opticiens à faire la mesure de la réfraction ainsi que l’adaptation des lentilles de contact”, ce qui “va constituer une institutionnalisation d’exercice illégal de la médecine”, fustige le Syndicat national des ophtalmologues libéraux du Maroc (SNOLM). Les ophtalmologues disent ainsi craindre pour cet acte “purement médical et complexe”, des “complications possibles tel l’abcès de cornée et cécité”.

“La formation de l’opticien-optométriste est homologuée au Maroc”, avait déclaré au HuffPost Maroc, Mounir Ghissassi, vice-président du SPNOM pour s’opposer à cette assertion. Le sit-in prévu demain devrait relancer le débat et réaffirmer les arguments défendus par les opticiens.