MAROC
14/11/2015 10h:58 CET | Actualisé 14/11/2015 11h:12 CET

Après les attentats de Paris, l'effroyable message de propagande de Daech

DR
Après les attentats de Paris, l'effroyable message de propagande de Daech

PROPAGANDE - La terreur pour s’imposer. Après les attentats sanglants de Paris (un dernier bilan fait état de 128 morts), Daech déploie et met en scène la terreur pour diffuser sa cause.

Sur le web djihadiste, la cruauté est relayée via un puissant appareil de propagande, et les réactions des sympathisants ou activistes de la galaxie djihadiste vont de la glorification de la tuerie à la menace de nouveaux attentats, notamment à travers le Hashtag #فرنسا_تشتعل (la France en feu). La vengeance est souvent évoquée, des actions similaires promises...

Samedi, dans une séquence audio en français diffusée sur la toile et repérée par le journaliste spécialiste des questions de défense Romain Mielcarek, un individu qui parle au nom de Daech revendique "l’attaque bénie de Paris contre la France croisée". Ce message de propagande est d’une extrême violence.

"La capitale des abominations et de la perversion"

"Samedi 2 du mois de Safar (2e mois du calendrier musulman, ndlr) de l'année 1437 de l'hégire (date du calendrier lunaire musulman correspondant au 14 novembre 2015, ndlr), (...) dans une attaque bénie dont Allah facilitait les causes, un groupe de croyants des soldats du Califat, qu’Allah lui donne puissance et victoire, a pris pour cible la capitale des abominations et de la perversion, celle qui porte la bannière de la croix en Europe: Paris", dit l’individu sur fond sonores de chants djihadistes.

LIRE AUSSI:"Huit frères" affiliés à l'État Islamique à l'origine des attentats de Paris affirme un communiqué de l'E.I

Des cibles "minutieusement" choisies

"Secourant sa religion, son prophète et ses alliés, et voulant humilier ses ennemis, ils (les attaquants, ndlr) ont été véridiques avec Allah (...) Huit frères, portant des ceintures d’explosifs et des fusils d’assauts ont pris pour cible des endroits (...) minutieusement choisis à l’avance au cœur de la capitale française: le stade de France, lors d’un match de deux pays croisés: la France et l’Allemagne (…), le Bataclan où étaient rassemblés des centaines d’idolâtres dans une fête de perversité ainsi que d’autres cibles dans le 10e, le 11e et le 18e arrondissement, et ce simultanément (…). Paris a tremblé", ajoute-t-il dans son message de propagande.

Se réjouissant de "la mort d’au moins 200 croisés" (128 selon un dernier bilan officiel, ndlr), il dit que "la France et ceux qui suivent sa voie doivent savoir qu’ils restent les principales cibles de l’Etat islamique, qu’ils continueront à sentir l’odeur de la mort, pour avoir pris la tête de la croisade, pour avoir insulté notre prophète, s’être vantés de combattre l’islam en France et frapper les musulmans en terre du califat".

Le drapeau de Daech pour "donner davantage de légitimité aux attentats"

Pour le géopolitologue Thomas Flichy de La Neuville, auteur de "L'Etat islamique: Anatomie du nouveau Califat", joint par téléphone par le HuffPost Maroc, "la revendication de l'attentat par l'Etat islamique ne signifie pas que celui-ci ait été téléguidé depuis Raqqa (ville syrienne considérée comme le fief du groupe de Daech, ndlr)". Car selon lui, "il est possible que la cellule française ait agi de façon autonome (…) le drapeau de l'Etat islamique sert à donner davantage de légitimité aux attentats après leur perpétuation".

Galerie photo Attentats de Paris du 13 novembre 2015 Voyez les images