MAROC
11/10/2018 18h:53 CET

Après l'entrée en vigueur de la loi, INSAF se prépare à lancer une campagne sur le travail domestique

”#إلا_محشمناش_نخافو"

AIC Press

TRAVAIL DOMESTIQUE - Quelques jours après l’entrée en vigueur, le 2 octobre dernier, de la loi 19.12 relative aux travailleurs domestiques, l’Association INSAF dévoile une série d’action à entreprendre. Membre du Collectif associatif pour l’éradication de l’exploitation des “petites bonnes”.

“Nous allons bientôt lancer une campagne de sensibilisation dans les régions enclavées et à travers les réseaux sociaux”, déclare au HuffPost Maroc Omar Saadoun, le responsable du programme de lutte contre le travail des enfants à  INSAF. L’initiative, accompagnée sur les réseaux sociaux du hashtag ”#إلا_محشمناش_نخافوا” (“Si on n’a pas honte, on aura peur”), répond au besoin d’impliquer la société dans la mise en oeuvre de cette loi et de la mettre en garde aussi contre les sanctions envisagées. “Nous nous focaliserons sur les sanctions que prévoit la loi, notamment l’article 23″, indique Omar Saadoun. 

Une amende de 25.000 à 30.000 dirhams est prévue par la loi à l’encontre de toute personne qui emploierait une mineure (ou un mineur) de moins de 16 ans. Employer un jeune de 16 ou 17 ans “sans autorisation de son tuteur” est également sanctionné par la même amende qui sera doublée en cas de récidive. Une peine de prison de trois mois est aussi prévue à l’encontre de la récidive.

Ce volet, pour INSAF, doit être connu du grand public. “Il est nécessaire que les gens sachent qu’employer une mineure peut leur coûter une sanction”, rappelle ce responsable soulignant que la campagne de sensibilisation se fera aussi par du porte-à-porte. “INSAF compte mener des campagnes de proximité en allant vers les populations directement en faisant appel à des relais locaux. Nous allons rencontrer, dans ce sens, des acteurs associatifs, institutionnels et les autorités locales pour les impliquer”, explique-t-il.

INSAF souhaite ainsi constituer des réseaux locaux d’information sur les dispositions de la loi. “Le lundi prochain, au sein de l’association, nous tiendrons une réunion pour mettre au point ce plan d’action et définir les lieux et les moyens qui seront mobilisés dans cette opération”, annonce-t-il. 

Enthousiaste quant à l’efficacité escomptée de cette campagne, Omar Saadoun précise que le ministère du Travail et celui de la Famille ont exprimé leur volonté de la soutenir.