TUNISIE
20/03/2018 21h:28 CET

Après le souhait de Béji Caid Essebsi de réviser la loi électorale, plusieurs partis réagissent

“Le système électoral va à l’encontre des principes de la révolution”

Zoubeir Souissi / Reuters

Le président du Mouvement Ennahdha, Rached Ghannouchi a salué mardi la proposition du président de la République, Béji Caïd Essebsi, de réviser la loi électorale qui, a-t-il dit, ”vise à consacrer le principe de majorité“.

”Le mode de scrutin proportionnel adopté actuellement par la Tunisie a permis de dessiner un paysage politique éparpillé et déchiré“, a-t-il regretté à l’issue d’une cérémonie organisée au palais de Carthage à l’occasion du 62ème anniversaire de l’indépendance.

 

”Cette loi électorale a quand même des points positifs. Elle consacre le pouvoir de coalition et le pluralisme et empêche le monopole du pouvoir par un seul parti dans un pays qui garde encore de mauvais souvenirs de l’expérience du régime du parti unique“, a-t-il ajouté.

Dans le même contexte, Ghannouchi a salué le rejet par le Chef de l’Etat dans son discours à l’occasion de la fête de l’indépendance, de l’exclusion et son attachement à ouvrir la voie aux partis dépourvus de sièges au parlement à la participation au gouvernement.

Le président de la République, Béji Caïd Essebsi, a jugé mardi souhaitable de modifier la loi électorale avant les prochaines élections.

”J’adhère à tous ceux qui prônent la révision de la loi électorale. C’est une action hautement souhaitable et nous devons nous engager à la modifier avant les prochaines élections quelles que soient les critiques“, a-t-il indiqué lors d’une cérémonie organisée au palais de Carthage à l’occasion du 62e anniversaire de l’indépendance.

A ce propos, Caïd Essebsi a proposé la formation d’une équipe restreinte au sein de la Commission du Document de Carthage pour la révision de cette loi.

Toubel émet le souhait de voir la loi électorale révisée avant les prochaines municipales

Le président du groupe parlementaire du Mouvement Nidaa Tounes, Sofiène Toubel a émis mardi le souhait de voir la loi électorale révisée avant les prochaines élections municipales.

Au terme de la cérémonie organisée au palais de Carthage à l’occasion de la fête de l’indépendance, Toubel a salué la proposition du chef de l’Etat de réviser cette loi qui, a-t-il dit, ”comporte plusieurs lacunes“.

Selon lui, ”le président de la République a confié au ministre de la Justice et au Chef du gouvernement la présentation d’une initiative législative qui sera clairement gouvernementale“.

”Bien que positive, l’initiative présidentielle en faveur de la révision de la loi électorale doit contribuer à réparer plusieurs lacunes dont notamment la non émergence d’une majorité claire au sein du parlement“, a pour sa part, souligné le président du parti Afek Tounes, Yassine Brahim.

Pour lui, “le peuple doit évaluer cette loi électorale après sa révision“.

“Le système électoral va à l’encontre des principes de la révolution”

Le constitutionnaliste Sadok Belaid a estimé que l’amendement du système électoral, tel que prôné par la société civile et certains partis politiques, est de nature à aider à la réforme du régime politique.

Dans une déclaration, mardi, à l’agence TAP, en marge de sa participation à la célébration, au Palais de Carthage, du 62e anniversaire de l’Indépendance, Sadok Belaid a indiqué que les chercheurs et universitaires qui avaient appelé à cet amendement pensent que l’actuel système électoral (représentation proportionnelle au plus fort reste) comporte des lacunes qui vont à l’encontre des principes de la révolution.

Le système électoral adopté pour l’élection des membres de l’Assemblée des représentants du peuple, a-t-il expliqué, comporte de nombreuses lacunes qui vont à l’encontre des principes de la révolution, ce qui implique nécessairement son réexamen et de lui trouver une alternative.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Twitter.

Retrouvez le HuffPost Tunisie sur notre page Instagram.