MAROC
10/06/2019 16h:34 CET

Après le Maroc et les Émirats arabes unis, le pape François souhaite se rendre en Irak

Malgré des conditions de sécurité difficiles.

ASSOCIATED PRESS

RELIGION - Ce serait une première dans l’histoire papale. Le pape François a fait part, ce lundi 10 juin au Vatican, devant les participants à la 92e assemblée plénière de la ROACO (Réunion des oeuvres d’aide aux églises orientales), de sa volonté de se rendre en Irak en 2020.

“J’ai la volonté d’aller l’année prochaine” en Irak, a indiqué le pape, souhaitant que le pays “puisse regarder vers l’avant à travers la participation pacifique et partagée à la construction du bien commun de toutes les composantes – y compris religieuses – de la société, et ne retombe pas dans les tensions venant des conflits jamais éteints des puissances régionales”, rapporte Vatican News.

Un déplacement qui serait “inédit” dans ce pays puisqu’aucun pape ne s’y est jamais rendu, souligne la même source. Le secrétaire d’Etat du Vatican, le cardinal Pietro Parolin, était déjà allé en Irak en décembre dernier à l’occasion des célébrations de noël. Il avait visité Bagdad, le Kurdistan irakien et la plaine de Ninive, et avait rencontré la communauté chrétienne locale, de moins en moins nombreuse suite à l’invasion de la région par Daech.

Ce n’est pas la première fois que le pape François exprime son désir d’aller en Irak. Mais un tel voyage impose un “minimum de conditions (qui) ne sont actuellement pas réunies”, avait affirmé Mgr Parolin en janvier dernier, notamment à cause de la menace terroriste.

“Il ne s’agit toutefois pas d’une annonce officielle et il est déjà arrivé que le pape argentin prévoie des déplacements qui ne se sont finalement pas réalisés, comme par exemple au Soudan du Sud”, rappelle le site d’actualité chrétienne Aleteia.

Le souhait du souverain pontife de visiter l’Irak s’inscrit dans une volonté plus globale de rencontrer les minorités chrétiennes dans des pays musulmans et de favoriser le dialogue inter-religieux. Cette année, il s’est rendu aux Emirats arabes unis et au Maroc.