MAROC
24/03/2019 10h:16 CET

Après Genève, la question du Sahara abordée à Marrakech avec les pays membres de l'Union africaine

Une quarantaine de pays participeront à une conférence ce 25 mars.

Denis Balibouse / Reuters
Le ministre marocain des Affaires étrangères, Nasser Bourita, assiste à une conférence de presse après une table ronde sur le Sahara occidental aux Nations Unies à Genève, en Suisse, le 6 décembre 2018.

POLITIQUE - Les négociations continuent. Après deux jours de table ronde ces 21 et 22 mars à Genève entre le Maroc, l’Algérie, le Polisario et la Mauritanie, le sujet du Sahara sera remis sur la table à Marrakech ce 25 mars. Le royaume accueillera une quarantaine de pays de l’Union africaine, plus de deux ans après son retour dans l’organisation panafricaine.

Ensemble, ils aborderont “l’appui de l’Union africaine au processus des Nations Unies sur le différend régional au sujet du Sahara marocain”, a souligné le ministère des Affaires étrangères et de la Coopération internationale (MAECI) dans un communiqué. 

“Cette conférence, qui connaît la participation d’une quarantaine de pays africains, en provenance des 5 sous-régions du continent, vise à exprimer le soutien à la Décision Assembly/AU/Dec.693 (XXXI), adoptée lors du 31ème sommet de l’UA, tenu les 1er et 2 juillet 2018 à Nouakchott (Mauritanie). Cette décision réaffirme l’exclusivité des Nations Unies dans l’examen du différend régional au sujet du Sahara marocain”, ajoute le ministère.

Cette rencontre aura lieu trois jours seulement après la table ronde organisée à l’invitation de l’Envoyé personnel du secrétaire général de l’ONU pour le Sahara, Horst Köhler, à proximité de Genève. Réunion de laquelle le Maroc était sorti satisfait. “La communauté internationale est aujourd’hui unanime que l’initiative d’autonomie marocaine est la seule issue pour régler le différend régional au Sahara marocain”, affirmait la délégation marocaine conduite par le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Nasser Bourita, à l’issue de ces deux jours de négociation.

La conférence ministérielle qui aura lieu à Marrakech viendra peut-être confirmer les résultats de ces premiers pourparlers. Pour le ministère des Affaires étrangères, elle viendra en tout cas renforcer “l’unité du continent et du rejet de toute tentative de le dévier de ses priorités urgentes en matière de développement humain durable, d’intégration régionale et de prospérité de ses citoyens”.