ALGÉRIE
06/06/2018 13h:37 CET

Appel à un “footing solidaire” de la jeune fille agressée à Bouchaoui

Même si cet appel ne précise pas si la jeune femme sera présente ou si cet événement a été préparé en concertation avec elle, de nombreuses femmes ont déjà répondu oui sur la page Facebook de Radio M.

Algerie Propre FB

“Pourquoi tu cours? Ta place est dans la cuisine à cette heure-ci”.

C’est la raison donnée par un homme qui a frappé une jeune fille la semaine dernière à Bouchaoui, parce qu’au lieu d’être en train de préparer le ftour à la cuisine, “à une heure aussi tardive de la journée de jeûne”, elle a osé enfiler ses chaussures de sport pour aller courir dans les bois.

C’est ainsi qu’une jeune fille en pleurs a défrayé la chronique algéroise de cette semaine avec une vidéo très courte d’elle-même où elle raconte avoir été attaquée par un homme alors qu’elle courait dans “la forêt de Bouchaoui”, lieu pourtant connu pour être adulé par les amateurs de sport en plein air.

La jeune fille explique qu’elle a “de tout temps fait des footings” et que jamais une chose pareille ne lui était arrivée: un homme qui l’attaque physiquement et qui l’insulte tout simplement parce qu’elle faisait du sport.

“Ce qui m’a fait le plus mal”, a raconté la victime entre deux sanglots, “c’est que lorsque je suis allée me plaindre à la gendarmerie, ils m’ont dit: et pourquoi tu cours aussi tard dans la journée? (une heure avant le ftour, aux environs de 19h)”. Elle n’a donc pas pu enregistrer sa plainte auprès des gendarmes qui ont préféré donné raison à l’agresseur.

La jeune fille s’est donc filmée et a fait poster sa vidéo par une tierce personne.

C’est donc pour démontrer sa solidarité envers cette jeune femme que Radio M a lancé un appel à un “footing solidaire”.

Selon le texte de la webradio: “L’agression physique et verbale contre Ryma alors qu’elle faisait un footing avant la rupture du jeûne est un acte barbare et sauvage qui mérite la condamnation la plus ferme. L’agression de Ryma reflète l’hostilité dramatique de certains hommes à la présence des femmes dans l’espace public et la normalisation de la violence envers les femmes dans nos rues.”

Un appel contre la violence contre les femmes qui tombe à un bon moment: ordinairement présente dans la rue comme dans les foyers, cette violence décuple pendant le ramadan. Les femmes sont fréquemment transformées en “punching ball” par des hommes à cran par la faim, la soif, le manque de caféine et de nicotine, et ce, qu’ils soient des inconnus dans la rue, des conducteurs enragés ou leurs proches.

“Ce qui m’a fait le plus mal”, a raconté la victime entre deux sanglots, “c’est que lorsque je suis allée me plaindre à la gendarmerie, ils m’ont dit: et pourquoi tu cours aussi tard dans la journée?

Un regret de taille, tout de même, que cet appel ne fasse pas mention de la présence ou non de la jeune femme en question à ce rassemblement de solidarité pour elle.

Enfin, la gendarmerie dont la réaction “lâche et inacceptable” choque à juste titre Radio M parce que, au lieu d’enregistrer la plainte de la femme violentée et d’interpeller l’agresseur, elle a préféré “culpabiliser la jeune femme pour être sortie courir aussi tard” , s’en tire à bon compte: le “footing citoyen” n’a pas lieu devant le siège de la gendarmerie nationale, mais plutôt aux Sablettes.

Pour participer: أرواحي تجري - samedi 9 juin de 18h à 19h. Les Sablettes (La grande roue).

 

Plus sur les violences contre les femmes en Algérie: