ALGÉRIE
23/10/2018 09h:37 CET

APN: une plénière mercredi prochain pour "élire un nouveau président"

DR

Le Bureau de l’Assemblée populaire nationale (APN) a décidé, lundi, de tenir une plénière, mercredi prochain, pour l’élection d’un nouveau président de la chambre basse du Parlement, en remplacement de M. Said Bouhedja.

Il a été décidé la tenue, mercredi prochain, d’une séance plénière qui sera consacrée à l’adoption du rapport de la Commission des Affaires juridiques, administratives et des libertés relatif à la constatation de la vacance du poste de président de l’APN, a déclaré à la presse, M. El Hadj Laib à l’issue de la réunion du bureau de l’APN qu’il a présidé, en sa qualité de doyen de l’Assemblée.

Il sera procédé ensuite à l’élection du nouveau président de l’APN, dont le poste avait été déclaré, la semaine dernière, vacant par le bureau de l’APN suite à la situation de blocage que connait l’instance législative et le gel de toutes ses activités depuis plusieurs semaines après que la majorité des députés (351) aient signé une motion de “retrait de confiance” au président de l’APN dans laquelle il ont exigé sa démission.

Le bureau de l’APN avait décidé également de saisir la Commission des affaires juridiques, administratives et des libertés afin de soumettre le rapport relatif à la constatation de la vacance du poste de président de l’Assemblée dans un délais n’excédant pas “une semaine”.

 

Les membres de la commission juridique “ont voté à la majorité” pour la déclaration de la “vacance” du poste de président de l’Assemblée populaire nationale (APN).

La commission déclare vacant le poste en raison de l’incapacité du président à assurer sa mission.

Le bureau de l’APN a déjà proclamé mercredi 17 octobre, lors d’une réunion extraordinaire, la vacance de la présidence de l’Assemblée, ouvrant la voie à l’élection d’un nouveau président sur fond d’une crise politique et d’une contestation de la légalité de la procédure.

Cette réunion, présidée par le député FLN El Hadj Laïb en sa qualité de membre le plus âgé et annoncée par les chefs des groupes parlementaires, adversaires du président de l’APN Saïd Bouhadja dont ils demandent la démission depuis trois semaines, s’est basée sur l’article 10 du règlement intérieur de l’APN.

 

Cet article prévoit la vacance du post de président de l’APN en cas de “décès, de démission, d’incapacité ou d’incompatibilité.”

Pour rappel, Said Bouhadja a été empêché de se rendre à l’APN lorsque des députés ont tenu un  sit-in devant le siège de l’Assemblée populaire nationale et ont cadenassé la porte menant vers le bureau du président de l’APN. 

Dimanche, le bureau de l’Assemblée Populaire Nationale (APN), réuni en l’absence du président de l’institution Saïd Bouhadja mais en la présence de ses adversaires, a déclaré la levée du gel des commissions, décidé il y a deux semaines.

Les présidents des groupes parlementaires des partis du Front de Libération nationale (FLN), du Rassemblement national démocratique (RND), de Tajamoue Amel El Djazair (TAJ), du Mouvement populaire algérien (MPA) et des Indépendants ont remis cela fait quelques semaines  une motion de retrait de confiance au président de l’APN.

Ils ont exigé sa démission avant le gel de toutes les activités des structures de l’APN jusqu’à satisfaction de leur revendication.

Les députés avaient dénoncé des “dépassements et violations” enregistrés au sein de l’institution législative, à savoir “marginalisation éhontée, l’ajournement prémédité de l’adoption du Règlement intérieur de l’APN, marginalisation des membres de la Commission des affaires juridiques, mauvaise gestion, frais exagérées déboursées illicitement, la non répartition des missions à l’étranger sur la base de la représentation proportionnelle et recrutement aléatoire et douteux”. Ils ont également dénoncé le limogeage du Secrétaire général de l’APN.

 

De son côté, Saïd Bouhadja a rejeté les accusations de mauvaise gestion émises par les chefs des groupes parlementaires, rappelant avoir même reçu une motion de la part de ces groupes parlementaires le félicitant pour son travail depuis sa nomination à la tête de l’APN.

Il estime que les protestataires lui reprochent surtout d’avoir mis fin à l’anarchie au sein de l’institution depuis sa nomination à la tête de l’APN.

Le président de l’APN a affirmé qu’il ne démissionnera pas tant que la Présidence ne le lui a pas ordonné, rajoutant qu’il lui est “impossible” de s’incliner devant “un mouvement primitif qui veut geler les activités de l’Assemblée nationale et porter atteinte à la stabilité de l’institution”.

Malgré les sommations de son parti, le FLN et de son SG, Djamel Ould Abbès, et du Premier ministre, Ahmed Ouyahia, Said Bouhadja refuse de céder à cette protestation.

Cette semaine, le bureau politique du FLN, réuni au siège du parti à Hydra, a décidé de retirer “la couverture politique” au président de l’Assemblée Populaire Nationale Saïd Bouhadja et de le traduire devant une commission de discipline du parti.

Selon l’article 131 de la constitution de 2016, le Président de l’Assemblée Populaire Nationale est élu pour la durée de la législature.