MAGHREB
26/11/2015 12h:35 CET | Actualisé 26/11/2015 12h:36 CET

Pour combattre le groupe État islamique, Anonymous dégaine... le «rickroll»

Les membres d'Anonymous sont très sérieux dans leur déclaration de guerre à Daech mais ça n'empêche pas le groupe de piratage informatique de "troller" un peu.

Alors que certains ciblent les sites et comptes liés aux jihadistes depuis les attentats du 13 novembre, d'autres ont décidé de les "rickroller".

Depuis mardi, des membres d'Anonymous qui participent à la campagne #OpParis reprennent le phénomène internet absurde du "rickroll". Créé en 2007, ce petit jeu consister à berner un internaute en le faisant cliquer sur un lien censé être intéressant mais qui le redirige en fait vers le clip du tube de Rick Astley "Never Gonna Give You Up".

"Surprise! Dans 5 minutes nous révèlerons le premier hashtag à ricktoller"

La première cible de ces hackers farceurs a été le mot-clé #SupportISIS sur Twitter.

Ce hashtag de soutien à Daech est depuis inondé de vidéos de Rick Astley.

De quoi parasiter la propagande du groupe terroriste ou du moins rendre ce mot-clé difficilement utilisable si on n'apprécie pas la pop britannique des années 80.

"On va vous traquer", avaient annoncé les Anonymous dans une vidéo au lendemain des attentats. L'État Islamique ne s'attendait certainement pas à ça...

Daech n'a d'ailleurs pas pris ses menaces au sérieux et a traité le groupe de pirates "d'idiots".

Des experts en sécurité déplorent eux aussi la guérilla des hackers. La "déclaration de guerre" des Anonymous pourrait se révéler contre-productive et gêner l'enquête, a par exemple mis en garde Olivier Laurelli, un blogueur expert en sécurité informatique.

Malgré tout (sans compter les victimes du "rickroll"), Anonymous a annoncé avoir saboté plus de 5500 comptes Twitter liés à Daech.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.