MAROC
22/03/2016 13h:21 CET | Actualisé 22/03/2016 13h:23 CET

Une proposition de loi pour permettre aux non-diplômés de bénéficier des services de l'ANAPEC

DR

EMPLOI - Lundi 28 mars, la Commission des secteurs sociaux à la Chambre des représentants examinera plusieurs propositions de lois, dont une visant à amender l'actuelle loi sur l'Agence nationale de promotion de l'emploi et des compétences (ANAPEC).

Le texte de loi, élaboré par le groupe parlementaire de l'Union socialiste des forces populaires (USFP), vise à permettre aux non-diplômés qui recherchent un emploi de bénéficier des services de l'Agence nationale de promotion de l'emploi, ainsi que des programmes de promotion de l'emploi décidés par les pouvoirs publics et pilotés par l'ANAPEC.

Amender le troisième article de la loi

Car en effet, l'article 3 de l'actuelle loi sur l'ANAPEC, qui détaille les missions de l'Agence, n'évoque à aucun moment les non-diplômés en recherche d'emploi, ce qui prive cette catégorie d'accès aux services de l'ANAPEC. Le groupe parlementaire ittihadi propose donc d'amender le troisième article de la loi, afin de permettre à toutes les catégories d'employeurs et de chercheurs d'emploi de bénéficier des services de l'Agence, notamment matière de prospection, de collecte des offres d'emploi auprès des employeurs et de mise en relation de l'offre et de la demande d'emploi.

La proposition de loi ambitionne aussi de renforcer l'Agence en accordant une représentativité aux partenaires sociaux concernés par la question de l'emploi. Ainsi, le texte amendera les dispositions relatives à la composition du Conseil d'administration de l'ANAPEC, afin de permettre aux centrales syndicales les plus représentatives et aux représentants des employeurs de siéger au CA de l'agence, en plus de représentants de différents départements ministériels dont celui de l'Emploi et du Chef du gouvernement.

Une agence méconnue par les plus jeunes

Pour nombre de professionnels, l’ANAPEC ne joue pas son rôle d’intermédiation dans le marché de l’emploi, en raison, notamment, de la limitation de ses services à la catégorie des diplômés.

Un rapport de la Banque mondiale, rendu public en 2012, pointait du doigt le manque de visibilité et d'accessibilité de l'agence, qui fait que seuls 14% des jeunes, dont 22% dans le milieu urbain et 4% dans le rural, connaissent l'agence, et recommandait à celle-ci de s'ouvrir sur d'autres catégories de personnes en recherche d'emploi.

LIRE AUSSI:
Galerie photo Les pires erreurs de langage corporel en entretien (selon CareerBuilder) Voyez les images