LES BLOGS
18/06/2019 23h:08 CET | Actualisé 18/06/2019 23h:08 CET

Amendez ou pas, vous avez déjà perdu

Voilà, pour les gens qui pleurent l’ère de Ben Ali, nous vous inquiétez plus, aujourd’hui on y est.

FETHI BELAID via Getty Images

Pour ceux qui ne comprennent pas ce qui s’est passé aujourd’hui à l’ARP, voici ce qu’il en est :


1) Les résultats des élections de 2019 sont falsifiés.

Le dernier sondage de la société Elka a déclenché cette modification de loi qui explique que les partis actuellement au pouvoir (et qui nous pourrissent la vie) sont aux derniers rangs en ce qui concerne les intentions de vote.

Entre temps les “anti-système” tel que Abir Moussi, Kais Said, Nabil Karoui et 3ich Tounsi (Olfa Terras et Selim Ben Hassen) sont dans les premiers rangs.

Le cas de Abir Moussi, est particulièrement marrant. La première version de la loi contenait un article qui interdit aux sympathisants de le la dictature et donc de l’ancien régime de se présenter aux élections.

Cela aurait voulu dire que tous les gens qui ont voté pour la loi de réconciliation n’ont plus le droit de se présenter, n’est-ce-pas? Ne sont-ils pas eux-mêmes ceux qui ont voté cette loi et eux-mêmes qui sont au pouvoir aujourd’hui?

De même, dans la nouvelle version, un des articles interdit celui qui fait la promotion de la violation des droits de l’homme. Avec la poursuite de la pratique du test anal (et ceci n’est qu’un exemple), ceux qui sont actuellement au pouvoir, et qui n’ont pas voté pour la loi de la COLIBE, ne doivent-il pas être privés de se présenter aux élections?

Le problème de cette loi est le fait qu’elle soit très générale et peut inclure tout le monde, y compris ceux qui sont au pouvoir.

2) Les partis actuellement au pouvoir ont perdu les élections de 2019

Auraient-ils passé cette loi s’ils ne croyaient pas aux résultats du sondage ?

Aujourd’hui, on enregistre un taux de présence de 90% à l’ARP. Un record qui n’a pas été atteint depuis Février 2018, lors de la visite d’État de Macron et depuis longtemps avant.

La loi a été proposée et votée en un temps record, en même pas une semaine. Entre temps, il y a 82 lois en attente à l’ARP, des lois qui peuvent changer le pays! Comment explique-t-on ce retard et le taux d’absence, ou plutôt, comment explique-t-on le taux de présence soudain et en un temps record.

Une minorité fait que le pays est dans l’état actuel aujourd’hui, ce n’est pas la majorité. Quand il y a plus d’1 million d’inscrits pour les élections 2019, un record.

Les partis qui sont aujourd’hui au pouvoir savent que ces nouveaux inscrits et les anciens qui avaient boycotté les précédentes élections ont, pour la première fois, des alternatives.

Ils veulent tuer cet “espoir”, en écartant ces alternatives et garder la minorité qui voterait pour eux...

Ce qui fait qu’aujourd’hui c’est vraiment une minorité qui gouverne, une minorité qui choisit et une minorité qui détériore le pays et le prive d’avancer...

Voilà, pour les gens qui pleurent l’ère de Ben Ali, nous vous inquiétez plus, aujourd’hui on y est.


J’aimerais enfin finir sur une note positive, car il reste quand même une solution.

Ne votez pas blanc, ne votez pas utile, ne votez pas ! Tout simplement ! Boycottez les élections 2019. Pourquoi voter si on connait déjà les résultats? Si eux décident des résultats à l’avance ! Ne donnons pas de légitimité à ces gens et à ces élections...Ou alors votez pour n’importe quelle personne qui n’est pas au pouvoir aujourd’hui, s’ils veulent jouer à ce jeu, jouons avec eux.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Twitter.

Retrouvez le HuffPost Tunisie sur notre page Instagram.