TUNISIE
14/06/2019 22h:47 CET

Amendement de la loi électorale: Tahya Tounes dénonce une "campagne de diffamation" à son encontre et apporte des précisions

Le parti du chef du gouvernement dénonce une “altération” du contenu des amendements “dans le but de tromper l’opinion publique et pourrir le climat général”.

Huffpost MG

Le parti Tahya Tounes a publié, vendredi, un communiqué relatif à l’amendement de la loi électorale, actuellement discuté à l’Assemblée des représentants du peuple, dénonçant une “campagne de diffamation” et une “altération” du contenu des amendements présentés en plénière, et ce “dans le but de tromper l’opinion publique et pourrir le climat général”.

 

Dénonçant une “basse campagne” électorale , le parti affirme que les amendements de la loi électorale viennent appuyer les articles 18,19 et 20 du décret n°87 de l’année 2011 régissant les partis politiques, interdisant le financement étranger, l’utilisation d’oeuvres de bienfaisances et le fait de tirer un avantage illégal d’aides ou de dons, et ce afin de préserver “l’égalité des chances comme le prévoit la Constitution”.

Pour Tahya Tounes, “la proposition d’amendement vise à ce que ces procédures soient appliquées à tous les candidats”, même ceux non issus de partis politiques.

Par ailleurs, le parti du chef du gouvernement a indiqué refuser toutes les “fausses déclarations” affirmant que ces amendements “cibleraient certaines personnes ou parties”: “Il s’agit d’un pas de plus vers la réconciliation nationale (...) à travers la levée de l’interdiction pour les anciens Rcdistes de faire partie des agents des bureau de vote” a fait savoir le parti.

Tahya Tounes a également indiqué que l’amendement faisant référence à l’interdiction de se présenter sur la base de”l’incitation à la haine et à la discrimination, à la glorification du terrorisme et aux crimes de la dictature, (...) ne limite en rien la liberté d’opinion, de conscience et d’appartenance” et ne vise pas “la famille destourienne”, ni aucun autre parti.

Réaffirmant “son engagement en faveur de l’intégrité du processus électoral”, et refusant toute forme de “malhonnêteté” via l’usage “d’argent étranger”, de “moyens de propagande” et de “publicité politique” faits en dehors du cadre légal, Tahya Tounes a appelé les partis politiques, les organisation nationales et la société civile à prendre leurs responsabilités face aux dangers qui menacent le succès du processus démocratique.

Un projet d’amendement de la loi électorale est actuellement en discussion à l’ARP, son adoption pourrait exclure plusieurs personnalités politiques placées en tête des sondages de la course aux élections.

Parmi les propositions mentionnées figure l’interdiction aux “personnes dirigeants des associations de bienfaisance ou utilisant leurs médias à des fins propagandistes ou recevant des financements étrangers de se présenter aux prochaines élections”.

D’autres amendements ont été présentés évoquant notamment l’utilisation des associations caritatives et leur instrumentalisation à des fins électorales. 

Enfin un amendement dispose que l’ISIE devra refuser entre autres les candidatures de personnes ayant fait apologie de la dictature ou qui ne respecte pas le système démocratique, les valeurs de la constitution et l’alternance pacifique au pouvoir.

Ces propositions ont été fustigés par les principales et organisations personnes visées par ces amendements à savoir le fondateur de la chaine Nessma Tv, à la tête de l’association “Khalil Tounes” Nabil Karoui, la présidente du Parti Destourien Libre Abir Moussi et l’association “3ich Tounsi”.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Twitter.

Retrouvez le HuffPost Tunisie sur notre page Instagram.