ALGÉRIE
15/04/2019 11h:51 CET | Actualisé 15/04/2019 11h:58 CET

Amel, une des manifestantes humiliées au commissariat de Baraki, témoigne de ces moments difficiles (Vidéo)

Capture d'écran

Vingt quatre heures après leurs arrestations et la fouille humiliante des quatre militantes de RAJ et du MDS au commissariat de Baraki, l’une d’elle témoigne de ses moments très difficiles où elles ont été fouillé par une policière convoquée à cet effet.

Elle affirme aussi que la fonctionnaire qui s’est chargée de cette mission n’était pas en uniforme et qu’elle a insisté pour qu’elle se déshabille totalement.

Le HuffPost Algérie publie le témoignage vidéo réalisé par nos confrères de Interlignes.   

 

La veille, la militante du MDS Hania Chabane avait, elle aussi , témoigné de ce qu’elle a subi dans ce commissariat de Baraki.

Dans une déclaration au HuffPost Algérie, elle avait indiqué avoir été obligée de se dénuder et de ne garder que les sous-vêtements inférieurs pour subir une fouille de la part d’une policière.

Les militantes, avait elles précisé, ont obtempéré à contrecoeur croyant qu’il s’agissait d’une procédure normale, selon Hania Chabane. Ce n’est qu’après leur élargissement qu’elles ont appris que ce qu’elles ont subi était un abus d’autorité attentatoire à leur dignité.

Des avocats ont précisé que ce genre de fouille ne se justifie que dans les affaires de drogue ou de terrorisme. 

Les militantes ont fait part de leur intention de porter plainte. Classe politique, avocats et ligue des droits de l’homme avaient annoncé ces méthodes dégradantes et portant atteinte à la dignité de ces femmes manifestantes.  

A cet instant, la DGSN n’a toujours pas réagi à ces graves accusations.