ALGÉRIE
21/06/2018 16h:16 CET | Actualisé 21/06/2018 16h:20 CET

Amazon, Microsoft et Google financent une offensive contre la confidentialité des données en Californie

La proposition de loi veut aussi donner aux usagers de l’Internet “le droit d’empêcher les entreprises vendre ou divulguer leurs renseignements personnels

abdoudz via Getty Images

Sous le slogan “Votre vie n’est pas leur affaire », une campagne pour une proposition de “Loi sur la protection des consommateurs en Californie” fait l’objet d’une contre-campagne de la part de grandes entreprises comme Microsoft, Google, Uber, Amazon, et autres sociétés de publicité qui exploitent les données des usagers de l’Internet.

“Votre vie n’est pas leur affaire. Dites aux grandes entreprises : Je devrais avoir le droit de refuser la vente de mes informations personnelles”, affirme l’initiative “California Consumer Privacy Act”. La réponse ne s’est pas faite trop attendre. Une contre-campagne, financée à coup de dizaines de milliers de dollars, a reçu d’importantes contributions de la part des grandes entreprises high-tech.

Lancée en décembre 2017, l’initiative vise à donner le droit aux consommateurs de connaître “les catégories d’informations personnelles que les entreprises collectent, vendre, ou divulguent à leur sujet”, et ”à qui l’information est vendue ou divulguée”.

La proposition de loi veut aussi donner aux usagers de l’Internet “le droit d’empêcher les entreprises vendre ou divulguer leurs renseignements personnels”, de leur interdire toute discrimination envers les consommateurs, mais aussi permettre aux usagers de “poursuivre les entreprises pour violation de la sécurité des données des consommateurs, même si les consommateurs ne peuvent prouver avoir été lésés”. Selon un communiqué des animateurs de l’initiative, au 3 mai 2018, la proposition de loi a recueilli près de 630.000 signatures en Californie.

 

Selon The Verge, la campagne pour adopter le “California Consumer Privacy Act ” est “presque entièrement financée par Alastair Mactaggart, promoteur immobilier de Bay Area” qui “a dépensé plus de 3 millions de dollars”. “Il affirme que, dans l’industrie des données personnelles, “il y a tellement d’argent et il y a des entreprises très puissantes qui ont vraiment intérêt à maintenir le statu quo et à ne pas avoir de réglementation”, rapporte The Verge.

La riposte à l’initiative “California Consumer Privacy Act” qui veut permettre aux usagers de l’Internet de contrôler leurs données n’a pas tardé à s’organiser. Des entreprises technologiques parmi les plus importantes “versent des millions de dollars” à un groupe qui veut contrecarrer cette proposition de loi.

“Résistance” chez les Big Tech

A la tête de ces grandes entreprises on retrouve Amazon, Microsoft et Uber, mais également Google, Facebook, Verizon et AT & T, qui ont apporté des “contributions substantielles” au “Committee to Protect California Jobs” qui a fait campagne contre l’initiative, affirme The Verge. Selon le site de ce Committee, qui publie les montants récoltés, Amazon et Microsoft ont versé chacun une contribution de 195.000 dollars, alors que Uber a fait une donation de 50.000 dollars. Facebook, Google, AT & T, Verizon et Comcast ont contribué à hauteur de 200.000 $ chacun pour bloquer la mesure.

Selon le site “California Consumer Privacy Act”, Verizon a annoncé son retrait du Committee opposant à l’initiative de défense de protection des données personnelles. L’opérateur mobile rejoint ainsi Facebook qui a également annoncé plus tôt son retrait. “D’autres sociétés accusées de violations majeures de la vie privée financent toujours l’opposition à la mesure, y compris Google, AT & T et Comcast ”, précise-t-on.

Les 630.000 signatures en faveur du “California Consumer Privacy Act” doivent être vérifiée. L’état de Californie “est entrain de trier ces signatures pour déterminer s’il y en a 366.000 légitimes, le seuil requis pour obtenir un point de scrutin”, ajoute The Verge.

Dans un communiqué, un porte-parole du groupe pour la protection des emplois californiens (“Committee to Protect California Jobs”), affirme que ce n’est pas seulement l’industrie technologique qui s’y oppose mais également des “coopératives de crédit, des constructeurs automobiles et des agences de publicités”.

Les partisans de l’initiative ont sévèrement critiqué Microsoft pour sa contribution, accusant la société d’attitude hypocrite car au moment où elle affirme soutenir les protections énoncée par le Règlement général sur la protection des données (RGPD) de l’Union Européenne, elle finance l’opposition à des efforts similaires en Californie.