ALGÉRIE
02/12/2015 07h:34 CET | Actualisé 02/12/2015 07h:34 CET

Dimajazz : du reggae et de la magie avec Alpha Blondy

APS

La légende du reggae, Alpha Blondy, a offert mardi à Constantine, lors de la 5ème soirée du Dimajazz, un show magique et exceptionnel devant une foule nombreuse que la grande salle Ahmed-Bey a eu du mal à contenir.

Attendu pendant des heures, celui que l'on surnomme le Bob Marley africain a conquis son public dès son apparition sur scène. Les ondes extraordinairement énergiques et positives, accueilli par plus de 3.000 personnes enchantées d'assister à ce spectacle, la star ivoirienne ouvre le concert avec "Jérusalem" pour chanter la paix et souhaiter l'entente entre tous les peuples de la Terre.

Dès les premières notes, l'euphorie gagne l'assistance comme une onde de choc. Débordant d'énergie, ce "jeune homme" de près de 63 ans, accompagné de son groupe The Solar System, lance "Crime spirituel" pour dénoncer, devant un public "buvant" ses mots, tout les maux qui détruisent les pays et aiguisent la haine entre les peuples.

Alpha Blondy, ambassadeur des Nations-Unies pour la paix, propose une autre de ses plus belles chansons, "Cocody Rock" que le public reprend en chœur.

Entouré de musiciens rivalisant de talent, il chante et livre ses opinions, sur la paix, sur la guerre, sur l'Afrique, sur l'amour et sur les choses de la vie.

Il enchaîne avec "Multipartisme" et "Peace in Liberia", puis lance "Brigadier Sabari" et tant d'autres "tubes", confirmant, à chaque mot, ses engagements d'homme de paix, de liberté et de développement du continent africain.

En parfaite symbiose avec le chanteur, l'assistance dance, chante et "hurle" sa joie et approuve par ses acclamations les positions de l'artiste.

L'autre moment fort du spectacle survint lorsqu'Alpha Blondy lance "Wish you were here", des Pink Floyd, écrite par Roger Waters et composée par David Gilmour pour, dira-t-il, "saluer les amis, ceux qui sont partis".

Après de nombreux rappels, l'artiste, généreux comme toujours, sincère et chaleureux, quitte la scène vers une heure du matin sous des déluges d'ovations.

Après le spectacle, Alpha Blondy a affirmé à la presse qu'il continuera à militer pour la paix et ses convictions, en "conjuguant l'unité africaine avec la culture". Il a aussi fait part de son "bonheur" de se produire à Constantine, une ville "si belle et tellement attachante".

La première partie de la soirée n'a pas été moins enchanteresse. Assurée par le célèbre jazzman palestinien Tamer Abou Ghazala, le chanteur qui se produisait pour la première fois en Algérie a été surpris de l'acceuil qui lui a été réservé par le public Constantinois. Abou Ghazala a interprété un cocktail de chansons qu'il a lui-même écrites et quelques autres puisées du patrimoine arabe reprises implacablement par les présents à la salle Ahmed Bey .

Dans les styles hip-hop, rap, rock et jazz, Tamer a exprimé, par ses chansons, sa "rage" devant la situation intenable et si injuste que vivent les Palestiniens. "Kabar Ajil", "s'hit min noum", "Abath" et tant d'autres chansons ont été interprétées avec beaucoup de feeling, hypnotisant un public qui ne cessait de réclamer des titres.

Abou Ghazala a indiqué à la presse, après le spectacle, qu'il était agréablement surpris par l'accueil du public et la reprise en chœur de ses chansons.

Dédiée à la Palestine, la treizième édition du festival international Dimajazz, placée cette année sous le signe de l'événement "Constantine, capitale 2015 de la culture arabe", a été ouverte vendredi dernier et devra se poursuivre jusqu'au 3 décembre, rappelle l'agence de presse algérienne qui assure la couverture quotidienne de cet événement musical.

Le groupe britannique Incognito est programmé pour la soirée de clôture, note-t-on encore.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.