ALGÉRIE
22/11/2014 12h:01 CET | Actualisé 26/12/2016 10h:11 CET

Le plan Cancer 2015-2019 a été finalisé, 45.000 nouveaux cas par an en Algérie

Les cancéreux en Algérie seront-ils mieux pris en charge dans le pays ? Les autorités qui ont essuyé des accusations d'abandon tentent en tout de rattraper les retards et les manques. C'est le cas pour les délais de rendez-vous en radiothérapie qui, selon le chef de service oncologie au Centre Pierre et Marie Curie (CPMC) d’Alger, Pr Kamel Bouzid, seront réduit à quatre semaines au maximum après le diagnostic du cancer.

Selon lui, l'ouverture de centre anti-cancer à Batna, Sétif et Annaba permettra cette réduction des délais et une prise en charge dans les temps de nouveaux malades. La situation devrait s'améliorer avec le "plan national de lutte contre le cancer 2015-2019" qui, a indiqué Kamel Bouzid, sera soumis au chef de l'Etat dans les "prochains jours".

Le Pr Messaoud Zitouni chargé par le président de la République de la mise en œuvre du plan cancer va le présenter dans les prochains jours au chef de l'Etat, a-t-il annoncé vendredi en marge du du congrès international de cancer organisé par la Société algérienne d’oncologie médicale (SAOM) en collaboration avec l’Association arabe de lutte contre le cancer (AMAAC).

L'entrée en application du plan national devrait commencer au début de l'année 2015. 45.000 cas nouveaux de cancer sont enregistrés annuellement avec une prévalence du cancer du sein (10.000) suivi par le cancer du colon (4000) et celui du poumon (3500).

Autre message rassurant envoyé au cours de cette rencontre: les pénuries de médicaments "sont maîtrisées" dans l'ensemble des Wilayas. 500 médecins ont été formés à la prise en charge des malades du cancer dans les 40 centres spécialisés du pays.

LIRE AUSSI: Près de 4.000 algériennes atteintes de cancer du sein répudiées chaque année par leurs maris

Les responsables du secteur de la santé ont annoncé la mise en place avant la fin de l'année d'un "registre national du cancer" afin de recenser les malades du cancer. Le registre devrait permettre d'identifier les types de cancers ainsi que les tranches d'âge et les sexes des personnes atteintes. Le logiciel a été expérimenté au niveau de la Wilaya de Sétif avant d'être généralisé.

Les spécialistes algériens relèvent que la prolifération du cancer dans le pays évolue au même rythme que dans les pays occidentaux en raison du vieillissement de la population. L'espérance moyenne de vie en Algérie est passé de 45 ans en 1962 à 76 ans actuellement.

Le vieillissement de la population s'accompagne d'un accroissement du nombre de malades. La moyenne d'âge des personnes atteintes, selon les chiffres de l'Institut national de la santé publique (INSP), est de 52 ans.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.