MAROC
03/03/2019 11h:51 CET

Algérie: Abdelaziz Bouteflika a jusqu'à ce dimanche soir pour déposer sa candidature

Le président sortant va-t-il entendre l’appel de la rue?

Zohra Bensemra / Reuters
Depuis quelques jours, les rues algériennes sont remplies de manifestants.

ÉLECTIONS - Ce 3 mars marquera le changement (ou pas) en Algérie. Après plusieurs jours de manifestations, où des milliers d’Algériens sont descendus dans la rue pour protester contre Abdelaziz Bouteflika et son cinquième mandat, les candidats à l’élection présidentielle du 18 avril ont jusqu’à ce dimanche minuit pour déposer leur candidature. Le président sortant va-t-il entendre l’appel de la rue? 

“Samedi soir, quatre personnes avaient déposé leur dossier de candidature pour la présidentielle algérienne. Abdelaziz Belaïd, président du parti El Moustakbal. Candidat en 2014, il avait recueilli 3% des voix. Il y a aussi, Abdelkader Bengrina, ancien ministre du Tourisme. Ali Zeghdoud et Abdelkrim Hamadi, deux hommes politiques presque inconnus”, indique RFI

Du côté de Bouteflika, qui a fêté, ce samedi, ses 82 ans, aucun signe d’abdication n’est, pour l’heure, apparu. “Toujours hospitalisé en Suisse, officiellement pour ‘des examens médicaux périodiques’, son retour en Algérie n’a toujours pas été annoncé. Aucune disposition légale ne semble cependant obliger un candidat à se présenter en personne au Conseil constitutionnel pour y déposer son dossier”, explique l’agence de presse AFP.

A distance, il a décidé, hier, de limoger son directeur de campagne Abdelmalek Sellal, rapporte l’AFP. Il “a été remplacé par le ministre des Transports, Abdelghani Zaalane, a annoncé simplement l’agence APS, citant ‘la direction de campagne” du chef de l’État’”. De quoi remettre sur les rails sa campagne présidentielle? 

En tout cas, le camp présidentiel “a réaffirmé que la contestation n’empêcherait pas le scrutin de se tenir dans les délais et que le dossier de candidature du chef de l’État serait remis dimanche au Conseil constitutionnel”, ajoute l’AFP.  Une fois les dossiers déposés, le Conseil constitutionnel statuera dans les dix jours sur leur validité. Du côté de la rue, “des appels à manifester près du Conseil constitutionnel ont été lancés”, précise RFI.