ALGÉRIE
15/09/2014 03h:11 CET | Actualisé 15/09/2014 07h:11 CET

Plus de 2,5 milliards de dollars pour "réhabiliter" Alger

Nejma Rondeleux pour Huffington Post Algérie
Une

200 milliards (mds) de DA, soit plus de 2,5 milliards de dollars seront affectés à la réhabilitation de la capitale. Le montant, communiqué par le ministre des finances, Mohamed Djellab, a été décidé à l’issue de la réunion du gouvernement et des autorités locales jeudi dernier.

Le ministre des finances a confirmé qu’il n’existe pas un problème de "fonds" mais de vraie vision pour la capitale algérienne.

"Le problème (de la capitale) n'est pas lié aux ressources financières mais plutôt aux insuffisances dans la programmation des projets, dans l'élaboration des études de maturité et leur réalisation dans les délais", a-t-il déclaré.

LIRE AUSSI:L'argent ne manque pas mais Alger n'arrive pas à être une capitale moderne et vivable

Le chiffre annoncé par le ministre des finances est pratiquement le même que le montant alloué en 2009 au plan stratégique de modernisation de la capitale baptisé "Alger 2029" qui, selon l’architecte Larbi Merhoum, est passé à la trappe de facto avec le départ du Wali, Mohamed El Kebir Addou.

Pour l’architecte qui s’exprimait sur RadioM, le projet a souffert d’avoir été porté par le Wali sans une implication forte de la population et des élus.

"La faiblesse de ce projet est qu’il a été porté par l’ancien wali d’Alger. Et c’est le problème lorsqu’il n’y a pas d’arbitrage démocratique sur ce genre de questions. Quand un projet n’est pas porté par la population et les élus, il est fort à penser que le départ de M. Addou fasse dévier le projet d’un certain nombre de décisions stratégiques qui ont été annoncées".

On ne connait pas encore l’usage précis de 2,5 milliards de dollars annoncés pour réhabiliter la capitale mais l’architecte pense que le plan d’ensemble "Alger 2029" est abandonné de fait.

" Je ne pense pas que l’on retienne de ce projet quelque chose d’important. Il y a une espèce de petits abandons et l’on s’est remis à faire comme on a l’habitude de le faire. Certes, il y a un certain nombre de structures qui sont déjà lancées (pénétrantes, rocades), celles-là ne risquent pas d’être remises en cause. Mais il y a de fortes chances que ce projet s’effrite ".

Ecouter l'émission de Radio M avec l'architecte Larbi Merhoum

Un groupe de travail, chargé de l'organisation administrative de la wilaya d’Alger, a été installé dimanche au ministère de l’Intérieur et des Collectivités locales. Le Premier Ministre, Abdelmalek Sellal, avait indiqué au cours de la réunion de jeudi que l'organisation administrative d'Alger pourrait être revue.

Il semble exclut de revenir au modèle du "Gouvernorat du grand Alger" retoqué par le Conseil Constitutionnel. Mais un retour au Comité Populaire de la ville d'Alger (CPVA) où les présidents des Assemblées populaires communales (APC) élisent un maire pour Alger pourrait être l'option retenue.

C'est l'option souhaitée, dans un entretien avec TSA, par le maire d’Alger-centre, Abdelhakim Bettache.