ALGÉRIE
02/04/2019 11h:36 CET | Actualisé 02/04/2019 12h:14 CET

Alger: Les étudiants manifestent pour le 6e mardi consécutif

"Le peuple veut choisir son gouvernement de transition et former son assemblée constituante".

L’annonce la veille d’une démission prochaine de Abdelaziz Bouteflika a été reçue comme un non-événement par la rue. Les étudiants ont manifesté ce mardi 02 avril pour la sixième semaine consécutive, prolongeant le mouvement populaire contre le chef de l’Etat et son régime. “Koulyoum Massira, Koulyoum Massira, maranach habsin”, promettent-ils. 

Des milliers d’universitaires de différentes facultés de la capitale ont entamé dès 1H une marche entre la Grande Poste et la Place Audin, un circuit devenu habituel des manifestations à Alger centre. 

“Le peuple veut choisir son gouvernement de transition et former son assemblée constituante”, peut-on lire sur une large banderole brandie par les étudiants de la faculté de Bouzareah, en tête de la marche cette fois-ci.

La Présidence de la République a annoncé hier que Abdelaziz Bouteflika démissionnera avant le 28 avril, date de la fin de son mandat, après plus de six semaines de manifestations historiques demandant son départ ainsi que celui de son régime. 

La veille, dimanche, il “avait nommé” un nouveau gouvernement sous la houlette de Noureddine Bedoui, Premier ministre. Un non-événement pour Houria, étudiante en langue et littérature anglaise à la faculté de Bouzareah, puisque cette formation gouvernementale n’est aucunement “nouvelle”, de son avis. “Ce qu’ils appellent un nouveau gouvernement n’en est visiblement pas un. C’est encore une fois des personnes du même pouvoir. C’est une autre décision pour tenter de calmer le mouvement mais nous sommes-là, conscients et nous savons ce qui se passe”, affirme-t-elle.

Les étudiants scandaient plusieurs slogans pour rejeter “cette nouvelle décision” du président sortant. Ils ont exprimé leur intention de poursuivre leurs manifestations jusqu’au “départ du régime”. “Tetnahaw ga3”, “Koulyoum Massira, maranach Habsin”, scandaient-ils.

“Yetnahaw ga3”, “Ni Gaid ni Said, c’est le peuple qui décide”, “Système Dégage”, pouvait-on lire sur leurs pancartes.

Les étudiants des autres facultés, dont ceux de Dely Ibrahim, Ben Aknoun et USTHB ont également pris part à cette manifestation.