TUNISIE
28/05/2018 18h:09 CET | Actualisé 28/05/2018 18h:11 CET

ALECA: Le "Free visa" pour les Tunisiens, point de discorde entre la Tunisie et l'UE

Les négociations ont repris ce lundi.

izusek via Getty Images

Les négociations entre la Tunisie et l’Union Européenne dans le cadre de l’Accord de Libre Echange Complet et Approfondi (ALECA) ont repris ce lundi 28 mai sous l’égide de Hichem Ben Ahmed, secrétaire d’État au Commerce extérieur du côté tunisien et de Ignacio Garcia Bercero, directeur à la Direction Générale Commerce du côté de la Commission européenne. 

La Tunisie réclame dans ce cadre l’annulation du visa pour les professionnels tunisiens voyageant vers les pays européens. “Il faut un free visa”, a lancé Hichem Ben Ahmed. Et de poursuivre: ”La mobilité ne doit pas s’intégrer dans un cadre politique et social uniquement mais également économique”, a-t-il affirmé. 

Le secrétaire d’État au Commerce extérieur a relevé la différence entre les Européens et les Tunisiens concernant la libre circulation, notamment le fait que les premiers peuvent venir en Tunisie facilement et sans perte de temps alors que les Tunisiens sont amenés à suivre les paperasses administratives et à perdre beaucoup de temps pour avoir un visa. “Ceci touche à l’équité entre les deux parties”, a-t-déploré. 

Du côté de la commission européenne, on voit les choses autrement. Intervenant sur les ondes de Mosaique Fm, Ignacio Garcia Bercero a expliqué que les négociations autour de l’obtention du visa vont de pair avec les autres points de négociations. Il a indiqué que l’UE va oeuvrer à la facilitation de l’accès au visa à moindre coût mais il a écarté en revanche la possibilité de l’annulation du visa demandée par le gouvernement tunisien. 

Pour le Forum tunisien pour les droits économiques et sociaux, la liberté de circulation entre l’Union Européenne et la Tunisie a tendance à se déployer à sens unique, en critiquant la politique de deux poids deux mesures adoptée par l’UE. “La Tunisie attribue systématiquement aux Européens un visa de trois mois dès leur entrée sur son sol. Mais pour les Tunisiens, qu’en est-il de ce principe de ‘facilitation’ alors que le processus de demande de visa n’a fait qu’être complexifié depuis la création de l’espace Schengen?” s’est-il demandé.

L’ALECA proposé par l’Union européenne (UE) à la Tunisie est l’un des instruments du Partenariat privilégié entre les deux parties, agréé en 2012. Le lancement officiel des négociations a eu lieu en octobre 2015. Depuis, les négociations butent. 

Lire aussi:

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Twitter.

Retrouvez le HuffPost Tunisie sur notre page Instagram.