MAGHREB
09/05/2014 06h:17 CET

L'un des membres d'Al Qaida "les plus dangereux" abattu au Yémen

afp
Soldats yéménites sur un char après la prise d'Azzan, un fief d'Al-Qaïda dans la province de Shabwa, dans le sud du Yémen, le 8 mai 2014

Les autorités yéménites ont annoncé vendredi avoir abattu un chef d'Al-Qaïda soupçonné d'implication dans des attentats et des enlèvements d'étrangers, portant un nouveau coup au réseau extrémiste, cible depuis plus d'une semaine d'une large offensive de l'armée.

Les militaires ont lancé le 29 avril une opération pour déloger Al-Qaïda de ses bastions des provinces de Chabwa et d'Abyane, dans le sud du pays, faisant craindre une intensification des opérations du réseau en représailles.

LIRE: Opération d'envergure contre Al Qaida au Yémen

"Ces énormes pertes vont pousser Al-Qaïda à commettre des actes hystériques et désespérés, en mobilisant ses partisans et ses cellules dormantes pour s'en prendre aux officiers de la police et de l'armée", avait indiqué lundi le ministère dans un communiqué.

Al-Qaïda au Yémen, bien implanté dans le sud et l'Est du pays, est considérée par les Etats-Unis comme la plus dangereuse des branches du réseau extrémiste.

Chaëf Mohamed Saïd al-Chabwani a été tué dans la nuit de jeudi à vendredi lors d'un accrochage avec les forces de sécurité près du palais présidentiel à Sanaa, a indiqué un porte-parole du haut comité de la sécurité dans un communiqué.

Il était, selon le texte, "l'un des membres d'Al-Qaïda les plus dangereux et les plus recherchés, et l'un des chefs du réseau (...) impliqué dans l'enlèvement et l'assassinat de policiers et de ressortissants étrangers".

Mercredi déjà, les forces de sécurité avaient annoncé avoir abattu Waël Abdallah Massoud al-Waëli, le chef "d'une cellule terroriste", responsable du meurtre d'un ressortissant français en début de semaine à Sanaa. Et le ministère de l'Intérieur avait annoncé l'arrestation de "cinq terroristes d'Al-Qaïda (...) et la saisie d'armes et de munitions dans divers quartiers de Sanaa".

Les autorités sont determinées à "traquer et arrêter les terroristes et leurs partisans pour les présenter à la justice", a souligné le porte-parole du haut comité de la sécurité.

Le Yémen, où la population est fortement armée, est touché par une violence endémique, qui cible notamment ses installations pétrolières, privant le pays d'une part importante de ses recettes.

Elles ont baissé de plus de moitié au premier trimestre 2014, s'établissant à 348 millions de dollars (plus de 251 millions d'euros), contre 731 millions USD (environ 528 millions d'euros) durant la même période l'an passé, selon un rapport de la Banque centrale du Yémen.

Cette semaine encore, un important oléoduc de l'est du pays a été saboté par des hommes armés, provoquant une interruption du pompage du brut.

LIRE AUSSI:Au Yémen, limogeage du ministre de l'Intérieur après une nouvelle attaque d'Al Qaida

Retrouvez les articles du HuffPost Maghreb sur notre page Facebook.