TUNISIE
07/09/2018 14h:00 CET

Al Bawsala appelle l'ARP à tenir une session extraordinaire pour élire un président à l'ISIE

Selon l’ONG, les problèmes que connait l’ISIE aujourd’hui sont surmontables et peuvent être vite dépassés si “l’Assemblée s’acquitte de son devoir”

FETHI BELAID via Getty Images

L’ONG Al Bawsala a appelé, vendredi, l’Assemblée des représentants du peuple à tenir une session parlementaire extraordinaire au vu des dossiers urgents qui trainent depuis la 4ème sessions parlementaire, exprimant “son étonnement” que cela n’ait pas été décidé lors de la réunion du bureau de l’Assemblée, jeudi.

Dans un communiqué rendu public, l’ONG estime que l’ARP devrait au plus vite se réunir afin d’élire les membres de l’ISIE et notamment son président, puisque l’année 2019 sera une année où se dérouleront les élections législative, présidentielle et probablement régionales.

 

Al Baswala rappelle que l’ARP aurait dû réagir dès le mois de mai 2018 lors de l’éviction du président de l’ISIE afin de l’écouter et d’examiner ce dossier et les problèmes qui en découlent sans attendre que ce dernier ne démissionne. Cette démission selon l’ONG a permis à l’ARP de clore le dossier afin de passer à l’élection d’un nouveau président, sans véritablement faire la lumière sur ce qui s’est passé à l’intérieur de l’Instance.

Elle rappelle en outre qu’après la démission de Chafik Sarsar, en mai 2017, l’ARP avait tenu une session extraordinaire où un nouveau président à l’ISIE a été élu, et se dit étonnée que cela ne soit pas fait à l’aune d’élections importantes pour le pays, ”à moins que cela n’avait été fait pour faire passer la loi sur la réconciliation nationale”. 

Selon l’ONG, les problèmes que connait l’ISIE aujourd’hui sont surmontables et peuvent être vite dépassés si “l’Assemblée s’acquitte de son devoir”. Pour Al Bawsala, il est donc inutile de brandir cette excuse pour justifier l’idée de reporter les élections, ce qui servirait des intérêts politiques et électoraux.

Le président de l’Instance Supérieure Indépendante des Élections (ISIE) Mohamed Mansri Tlili  avait annoncé sa démission de l’Instance, le 05 juillet dernier.

Au lendemain des élections municipales, le 28 mai dernier, le Conseil de l’ISIE avait entamé le processus de révocation de Mohamed Mansri Tlili de son poste de président de l’Instance. L’Assemblée des représentants du peuple avait prévu une plénière, le 03 juillet, pour voter sur la révocation de Mansri. Celle-ci a avait été reportée à une date ultérieure avant l’annonce de sa démission le 05 juillet.

Originaire de Sidi Bouzid, et avocat à la Cour de cassation depuis 1999, Mohamed Mansri Tlili  a été élu à la tête de l’Instance Supérieure Indépendante pour les élections en novembre 2017.

Au mois de mai 2017, l’ancien président de l’instance, Chafik Sarsar, avait présenté sa démission dénonçant de fortes pressions.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Twitter.

Retrouvez le HuffPost Tunisie sur notre page Instagram.