ALGÉRIE
31/03/2019 12h:11 CET | Actualisé 31/03/2019 12h:17 CET

Ahmed Benbitour : Bouteflika n'est, de fait, plus Président vu "son état de santé"

Radio M

Invité de la rédaction de la chaine 3 de la Radio Algérienne, l’ancien chef du gouvernement, Ahmed Benbitour, a commenté la proposition du chef des armées invoquant la solution contenue dans l’article 102 de la constitution. Pour Ahmed Benbitour, c’est parce que Gaïd Salah a finalement compris que la rue était contre cette idée et que le Conseil constitutionnel n’a pas répondu “assez rapidement”, qu’il a décidé de se référer aux articles 7 et 8 édictant que la souveraineté revient au peuple et que celui-ci possède les capacités constitutionnelles pour gérer ses institutions.  

 

Concernant les appels répétés des manifestants appelant à la démission du président Bouteflika, l’ancien chef du gouvernement considère cette idée dépassée, parce que, souligne-t-il, “il n’est plus président de la République  compte tenu de son état de santé”.

M. Benbitour accuse, d’autre part, le pouvoir de Bouteflika d’avoir versé “dans l’autoritarisme, le patrimonialisme et le paternalisme”, qui ont contribué, dit-il,  à affaiblir les institutions de l’Etat. 

Quand à la situation économique, Ahmed Benbitour, estime qu’elle a toujours fonctionné  sur "la rente et la prédation". Des phénomènes qui selon lui, ont contribué à enfoncer le pays dans la dépendance. Les factures d’importation, note Benbitour,  "passant de 12 milliards de dollars, en 2001, à 76 milliards en 2014", implique "une pénurie des moyens de financement et des moyens de consommation, à partir de 2021."

C’est cette situation, explique-t-il, qui a amené les Algériens à sortir dans les rues "pour réclamer le changement", aidés en cela par les réseaux sociaux.

Avec ce nouveau rapport de force, dont il estime qu’il penche en faveur de la rue, M. Benbitour appelle cette dernière à se définir un objectif clairement établi et à décider qui sera son représentant, pour faire partir le système actuel de gouvernance et le remplacer.

Il note cependant, que le pays se trouve présentement "dans une impasse", les contestataires du système ne sachant pas comment agir pour faire partir celui-ci, alors que le pouvoir doit se faire à l’idée qu’il doit céder la place en ne négociant que les modalité de son départ dans les plus brefs délais.

Rappelant que le Conseil constitutionnel a hésité à appliquer l’article 102 de la Constitution déclarant l’état d’empêchement du président de la république, pour cause de maladie, l’ancien chef du gouvernement suggère de le contourner en respectant les règles constitutionnelles. Sur comment contourner cet obstacle ni par quels moyens, l'ancien chef du gouvernement ne donnera aucune indication de plus. 

En recourant à l’article 7 et 8 de la Constitution, il est possible selon lui d’instituer une période transitoire de 8 à 12 mois, "sans avoir à en passer" par la période de 45 plus 90 jours et à nécessairement confier au président du Senat, une option rejetée par les manifestants.

Pour rappel, le chef d’état-major de l’ANP, le général de corps d'armée, Gaïd Salah, a déclaré, samedi soir, que la crise politique dans laquelle se trouve plongée, l’Algérie depuis plusieurs semaines ne pourrait trouver un début de solution qu’avec l’application des articles 7, 8 et 102 de la constitution.