ALGÉRIE
15/10/2019 11h:54 CET

Agriculture: pas d'importation de blé dur et d'orge pour 2019

DR
archives

L’Algérie n’importera pas de blé dure ni d’orge cette année, c’est du moins ce qu’a affirmé le ministre de l’Agriculture, du développement rural et de la pêche, Cherif Omari à la radio nationale. Invité de l’émission de la chaine 1 de la radio nationale “El Khalfiya oua el Karar”, le premier responsable du secteur a expliqué que “l’Algérie a atteint, cette année, l’autosuffisance en blé dur et en orge et a réalisé un stock important de ces deux produits, ce qui lui épargnera le recours à l’importation en 2019.”

L’Algérie a réalisé une récolte record de 3,9 millions de tonnes (Mt) sur la campagne 2018/2019, soit une hausse de 61% de la production, dont 3,15 Mt de blé dur. 

Si l’Algérie a obtenu d’excellents résultats dans la production de blé dure, le pays continue a importer massivement du blé tendre, essentiellement de France.

Record

Pour 2019, le pays a importé pas moins de 4,6 millions de tonnes de blé depuis la France à la fin avril dernier. Un niveau record d’importation en hausse de 34% par rapport à la campagne 2017/2018 et représentant trois fois le niveau d’importation enregistré durant l’exercice 2016/2017. Cette hausse des achats de blé tranche avec la décision de réduction des importations prise suite à l’augmentation des niveaux de la production nationale.

Le Ministre de l’agriculture a également affirmé que les surfaces irriguées dépassaient actuellement les 15 % des terres arables, estimées à 8,5 millions d’hectares, et précisé que la superficie irriguée globale élevait, à ce jour, à 1.300.000 hectares, avec l’objectif d’atteindre 2 millions d’hectares.

Par ailleurs, pour faire face aux changements climatiques pouvant impacté négativement la production agricole, le plan national Climat (PNC) a été créé, qui est porteur de plusieurs projets destinés principalement à la réhabilitation du barrage vert (pour lutter contre la désertification), outre le programme national de reboisement dans l’objectif de réhabiliter les zones forestières ravagées, ces dernières années, par les incendies, a rappelé le ministre.