ALGÉRIE
25/04/2019 16h:13 CET | Actualisé 25/04/2019 16h:22 CET

Poursuite des hommes d'affaires: le Parquet d'Alger affirme n'avoir "reçu aucune instruction"

DR

Au lendemain de la “mise au point” du ministère de la Défense (MDN), démentant toute “injonction” de la part de Gaid Salah à destination de la Justice, le parquet général d’Alger a affirmé, à son tour, “n’avoir reçu aucune instruction” pour ouvrir les dossiers de lutte contre la corruption qui vise actuellement plusieurs hommes d’affaires et ex-responsables.

Dans un communiqué publié ce jeudi 25 avril 2015, le Parquet d’Alger a affirmé être “soucieuse de son indépendance”, n’ayant, dans ce sens, “ni attendu ni reçu aucune instruction d’une quelconque partie pour accomplir son devoir en matière de lutte contre la corruption”.

Le parquet dit “respecter strictement, dans tous ses exercices, procédures et décisions qu’il prend, le secret de l’instruction et de l’investigation conformément à l’article 11, alinéa 1 du Code de procédure pénale et la présomption d’innocence garantie par la Constitution dans son article 56 et à fournir toutes les garanties à la défense lors des différentes étapes de l’action publique”, poursuit le même communiqué. 

La même source a invité “toutes les parties” à “respecter ces principes et à ne pas s’engager dans ce qui peut induire en erreur l’opinion publique ou à perturber les juges et à inhiber leurs volontés dans l’accomplissement de leurs missions qui leur sont confiées conformément à la loi”.

Le document poursuit que “toutes les enquêtes préliminaires menées ou en train d’être menées par les services de police judiciaire spécialisés sont faites sous la direction directe de messieurs les procureurs de la République compétents et sous la supervision du procureur général”.

“Le parquet assure avoir reçu dans la période récente de nombreuses plaintes liées à des affaires de corruption qu’elle a transférées dans leur totalité aux services de police judiciaire appartenant à la sûreté nationale, la gendarmerie nationale et à l’office central de lutte contre la corruption pour enquête”.

La Cour d’Alger a ensuite appelé à ”éviter de prononcer des jugements anticipés et à respecter le secret de l’instruction et la présomption d’innocence”, promettant de veiller à l’avenir, ”à chaque fois que nécessaire, à fournir les informations justes dans la limite de ce qui est permis par la loi”.

Mercredi 24 avril 2019, le ministère de la Défense a publié une “mise au point”, dénonçant une tentative de désinformation de quelques titres de presse ayant ”mal interprété” le discours du général de Corps d’armée, Gaid Salah. 

 Le MDN a affirmé l’existence “d’injonctions” de la part du vice-ministre de la Défense à destination de la Justice, exigeant l’ouverture de dossiers liés à la corruption.