MAROC
19/04/2018 14h:47 CET

Affaire Tariq Ramadan: Une robe noire pourrait changer la ligne de défense de l'islamologue

Un vêtement dont l'expertise a été ordonnée.

Jean-Luc LUYSSEN via Getty Images

JUSTICE - L’islamologue Tariq Ramadan, accusé de viol et d’agressions sexuelles par cinq plaignantes, a jusque-là, toujours nié avoir eu des relations sexuelles avec les présumées victimes. Une robe noire pourrait cependant contredire sa défense et devenir une pièce à conviction dans l’affaire, qui rappelle le scandale de l’affaire Monica Lewinsky et de  la fameuse robe bleue tachée de l’ADN de l’ex président américain Bill Clinton. 

D’après le JDD, la troisième plaignante, Marie, qui avait porté plainte pour des viols répétés entre 2013 et 2014, a remis aux enquêteurs une robe noire tachée selon elle du sperme de Tariq Ramadan. Une expertise a été ordonnée par les juges ces derniers jours, précise le média, pour vérifier si la tache correspond à l’ADN de l’islamologue suisse. 

S’il y a concordance, cette robe noire pourrait obliger Tariq Ramadan à admettre qu’il a eu une relation sexuelle avec Marie et changer par conséquent sa stratégie de défense. 

En effet, depuis le début des plaintes à son encontre, l’islamologue nie en bloc les accusations et assure n’avoir eu aucune relation sexuelle avec les présumées victimes. Par ailleurs, Emmanuel Marsigny, son avocat, affirmait à Libération que son client connaît Marie, sans préciser la nature de leur relation. “Il (Tariq Ramadan) reconnaît avoir eu une relation avec elle mais elle n’était pas ce qu’elle a décrit. Il s’expliquera quand il sera interrogé par les juges”, déclare-t-il ainsi au quotidien français. 

Marie avait, dans son témoignage, décrit plusieurs mois de relations “toxiques”, de février 2013 à juin 2014, durant lesquels Tariq Ramadan alternait entre gentillesse et menace. Elle affirmait notamment que Tariq Ramadan menaçait de divulguer son passé d’escort girl, cette dernière ayant notamment été “citée dans le dossier de l’affaire du Carlton”. “On peut être escort girl et être violée”, déclarait-elle. Leur relation prend fin après un énième rapport violent durant lequel Marie affirme avoir “cru (qu’elle) allait mourir”.

Le 13 avril dernier, “Brigitte”, une cinquième plaignante s’était ajoutée à la liste des présumées victimes du théologien, l’accusant de “séquestration, contrainte sexuelle et viol avec la circonstance aggravante de la cruauté”. Elle affirmait aussi craindre de mourir lors des actes sexuels auxquels l’aurait forcé Tariq Ramadan.

Tariq Ramadan soigné en prison 

L’islamologue, actuellement écroué à la prison de Fleury-Mérogis, depuis sa mise en examen le 2 février dernier, avait demandé à être remis en liberté à cause de son état de santé et révélé souffrir d’une sclérose en plaque. Une demande rejetée par la cours d’appel de Paris, le 22 février, qui a maintenu sa détention. 

L’AFP affirme qu’une expertise médicale, “très attendue”, a été déposée mercredi 18 avril chez les juges d’instruction et confirme que Tariq Ramadan souffre d’une sclérose en plaques mais son traitement médical “n’est pas incompatible” avec sa détention provisoire. L’homme  “souffre d’une sclérose en plaques depuis 2006, diagnostic considéré comme certain”, concluent les médecins dans leur rapport, ajoutant toutefois que si Tariq Ramadan reste en détention, il devra “continuer à bénéficier de l’accès aux soins”.