MAROC
28/06/2018 16h:42 CET

Affaire Tariq Ramadan: la plaignante suisse auditionnée par la justice à Genève

Après la France, l'enquête démarre en Suisse.

SIA KAMBOU via Getty Images

JUSTICE - Elle avait porté plainte contre Tariq Ramadan pour “séquestration, contraintes sexuelles et cruauté” le 13 avril dernier, auprès du ministère public de Genève. “Brigitte”, ainsi renommée, a été entendue par la justice suisse ce 28 juin. Suite à cette plainte à l’encontre de l’islamologue suisse, une série d’auditions ont été menées par le ministère genevois dans le cadre d’une enquête qui débute en Suisse. 

La plaignante accuse Tariq Ramadan de l’avoir violée et séquestrée en 2008, dans un hôtel de Genève. Musulmane convertie alors âgée d’une quarantaine d’années, elle traversait une période de “difficultés familiales”. Après plusieurs échanges virtuels, ils se rencontrent.

Le penseur l’attend dans sa chambre et l’invite à le rejoindre, proposition qu’elle refuse avant de céder. “Il m’a indiqué avoir de sérieuses raisons de penser que j’étais des RG”, confiait la victime dans son témoignage dévoilé par le média suisse La Tribune de Genève. Cris, insultes, peur. Les événements prennent vite une toute autre tournure, la présumée victime déclare avoir craint “de mourir” après que Tariq Ramadan l’ait forcé à des actes sexuels “durant des heures”. 

Plusieurs autres personnes ont été aussi entendues pour cette enquête. Si Tariq Ramadan nie les faits reprochés, il a toutefois reconnu récemment avoir eu des relations extra-conjugales, notamment avec une Suissesse, qui n’est pas la plaignante auditionnée par la justice genevoise. Actuellement détenu en France, Ramadan devait être entendu par le ministère public genevois et une commission rogatoire pourrait être lancée, selon 20 minutes