MAROC
18/06/2018 15h:44 CET

Affaire Saad Lamjarred: L'expertise médicale de Laura Prioul aura bien lieu

Le chanteur marocain a été débouté.

DR

JUSTICE - Sur le volet civil, la justice a donné raison à la défense de Laura Prioul. La demande d’expertise médicale formulée par l’avocat de la jeune femme qui accuse Saad Lamjarred de viol a été acceptée par le tribunal de grande instance (TGI) de Paris, ce lundi 18 juin. Le chanteur marocain a 15 jours pour faire appel.

“Saad Lamjarred a été débouté. L’expertise médicale de Laura Prioul est ordonnée par décision du TGI rendue ce jour”, indique au HuffPost Maroc Me Jean-Marc Descoubes, avocat de la plaignante.

“Un médecin expert judiciaire sera nommé par le tribunal pour décrire l’état médical de Laura Prioul avant l’agression qui serait survenue le 26 octobre 2016 et son état après, afin de voir s’il y a un lien entre ce que nous qualifions d’agression et son état actuel”, précise l’avocat à notre rédaction.

La défense du chanteur marocain “a 15 jours pour faire appel”, souligne-t-il, sachant que cet appel n’a pas d’effet suspensif en matière d’expertise, c’est-à-dire que l’expertise médicale pourra commencer dès les prochains jours, même si l’avocat de Saad Lamjarred fait appel.

La demande de dommages et intérêts faite par la défense du chanteur, qui estimait que la demande d’expertise médicale portait préjudice à son client, a également été déboutée, c’est-à-dire jugée recevable sur la forme mais pas sur le fond.

Dans un entretien exclusif accordé le 9 mars par Laura Prioul au HuffPost Maroc, la jeune femme avait indiqué que son état de santé s’était dégradé depuis qu’elle accuse Saad Lamjarred de l’avoir agressée dans une chambre d’hôtel dans la capitale française. Elle confiait notamment que son rein gauche “s’est arrêté de fonctionner”.

Selon les médecins qu’elle a consultés, cela pourrait être lié à l’état de “stress et de peur” permanent dans lequel elle dit se trouver. “Le fait de stresser ou d’avoir peur tout le temps, dès que j’entends un bruit dans la rue ou dès que je lis un message trop violent, bloque mon rein. C’est comme cela qu’on m’a expliqué les choses”, déclarait-elle.

Sur le volet pénal de l’affaire, “on attend toujours de connaître la position du procureur et les réquisitions du Parquet”, précise Me Descoubes.

Contacté par le HuffPost Maroc, l’avocat de Saad Lamjarred, Me Eric Dupond-Moretti, n’a pas pu être joint dans l’immédiat.