TUNISIE
25/04/2019 18h:52 CET

Affaire Nessma: Noureddine Taboubi évoque "des calculs politiques" dans la décision de la HAICA

La décision de la HAICA d'arrêter la diffusion de Nessma Tv semble glisser vers le terrain politique

Le secrétaire général de l’Union Générale Tunisienne du Travail (UGTT) Noureddine Taboubi a affirmé, jeudi, que des “calculs politiques” sont derrière la décision de la Haute Autorité Indépendante de la Communication Audiovisuelle (HAICA), d’arrêter la diffusion de la chaine Nessma Tv.

Interrogé par plusieurs médias, le secrétaire général de l’UGTT a affirmé son étonnement quant au timing d’une telle décision: “J’ai entendu une déclaration étranger du président de la HAICA: il dit que cela fait 4 ans que Nessma n’applique pas la loi. Cela fait 4 ans donc que la HAICA ferme les yeux, et ce n’est qu’aujourd’hui qu’elle les rouvre?!” s’est-il interrogé affirmant que cela montre qu’il y a des “calculs politiques dont il faut s’éloigner”.

“Quand le président de la HAICA dit qu’il y a des chaines télé qui ont une protection politique, je lui dis: ‘honte à toi’! Cela montre que tu es incapable d’appliquer des sanctions à certaines chaines alors que tu le fais pour d’autres” a-t-il sermonné appelant à la réouverture de la chaine avant de nuancer: “S’il s’avère qu’il y a des contraventions à la loi, à ce moment là, nul n’est au dessus de la loi” a-t-il conclu.

Vers une récupération politique?

Les déclarations de Noureddine Taboubi viennent confirmer le tournant politique prise par la décision de la HAICA d’arrêter la diffusion de la chaine Nessma Tv.

En effet, plusieurs personnalités et organisations ont profité de la brèche pour se positionner politiquement, malgré les explications juridiques données par l’autorité audiovisuelle.

Si cette dernière justifie sa décision par la non conformité de la chaine aux dispositions du décret-loi 116 et au cahier des charges fixant les conditions et les règles générales d’octroi d’une licence de création et d’exploitation d’une chaine de télévision privée , le directeur de la chaine Nabil Karoui accuse le chef du gouvernement d’être derrière cette décision.

Le parti Nidaa Tounes (Clan Hafedh Caid Essebsi) tenait, jeudi après-midi, une réunion de son bureau exécutif afin de se prononcer sur le dossier.

 

Idem du côté du parti Ennahdha, où le président du parti, Rached Ghannouchi a convoqué, vendredi, une “réunion exceptionnelle” du bureau exécutif du parti afin de prendre position par rapport à cette décision.

 

Le Syndicat national des journalistes tunisiens (SNJT) avait, plus tôt dans la journée du jeudi, apporté son soutien à la HAICA et a invité tous les intervenants du secteur audiovisuel à une réunion urgente afin de “protéger l’indépendance des médias, d’assurer le respect de la loi et d’empêcher que cette crise ne soit utilisée à des fins politiques et électorales”.

La Tunisie vivra au rythme des élections en cette année 2019, avec des élections législative et présidentielle prévues en novembre et décembre prochain. 

Si la campagne électorale débute officiellement le 16 juillet prochain, il semble que l’affaire Nessma vient d’en donner le coup d’envoi.

 

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Twitter.

Retrouvez le HuffPost Tunisie sur notre page Instagram.