TUNISIE
25/04/2019 15h:39 CET | Actualisé 25/04/2019 15h:56 CET

Affaire Nessma: " C’est le gouvernement qui a envoyé la force publique" affirme Nabil Karoui

Pour le directeur de la chaine Nessma Tv, la fermeture de la chaine est une décision politique

FETHI BELAID via Getty Images

“La HAICA est un mal” pour la scène audiovisuel tunisienne a affirmé, jeudi, le président de la chaine Nessma TV, Nabil Karoui, sur les ondes de Shems Fm en réaction à la fermeture de la chaine par la force publique sur décision de la Haute Autorité Indépendante de la Communication Audiovisuelle.

Jugeant cette décision “déraisonnable”, Nabil Karoui l’impute directement au gouvernement: “C’est le gouvernement qui a décidé de la fermeture parce que la force publique ne peut être saisie par la HAICA. C’est le gouvernement (...) qui a envoyé la force publique” affirme-t-il, ce qui a été démenti par le président de la HAICA citant l’article 22 du décret loi 116 qui affirme que “les contrôleurs sont assistés, en cas de besoin, par les officiers de la police judiciaire indiqués aux points 3et 4 de l’article 10 du code de procédure pénale”.

Concernant le fond du problème, le président de la chaine estime que le passage d’une Société à Responsabilité Limitée à une Société Anonyme comme le prévoit le cahier des charges “ne justifie pas l’arrêt de diffusion d’une chaine”.

“Cela montre ce qui nous attend, juste avant le congrès de Tahya Tounes. On voit déjà où ce parti va nous emmener. À peine a-t-il commencé à se former qu’il ferme déjà les télévisions qui ne leurs sont pas affiliés” a-t-il accusé.

Les autorités ont procédé, jeudi, par force publique, à l’arrêt de diffusion de la chaine privée Nessma Tv, et ce suite à la décision de la Haute Autorité Indépendante de la Communication Audiovisuelle.

Dans un article publié via son site internet, la chaine accuse directement le chef du gouvernement Youssef Chahed d’être derrière cette décision.

″À quelques jours du mois de ramadan, la HAICA et le chef du gouvernement ont décidé d’abandonner 500 familles, dont les membres travaillant pour Nessma” affirme la chaine.

Selon elle, cette décision vient du fait que Nessma ait “refusé de suivre les instructions et de maquiller la réalité” sur la situation du pays.

Le président de la Haute Autorité Indépendante de la Communication Audiovisuelle (HAICA), Nouri Lajmi, s’est défendu quant à lui de toute intervention politique dans la décision de cesser la diffusion de la chaine privée Nessma TV.

Intervenant sur les ondes de la radio Mosaïque Fm, celui-ci a affirmé que “la HAICA ne prend jamais de décision politique, nous appliquons seulement la loi (...) Il n’y a eu aucune intervention politique ni du gouvernement, ni en dehors du gouvernement”.

L’instance régulatrice du paysage audiovisuel avait en juillet 2018 suspendu la régularisation de la situation de la chaîne de télévision en raison du non-respect par cette dernière, des termes du cahier des charges relatif à l’obtention de la licence de création et d’exploitation d’une chaîne de télévision privée.

En 16 juillet 2014, la Haica a appelé tous les médias à se conformer aux critères du cahier des charges relatif à l’obtention d’une licence de création et d’exploitation d’un établissement de communication audiovisuelle.

Par soucis de transparence, la Haica a expliqué avoir exigé à travers sa note à tous les médias à se présenter sous le statut juridique de “société anonyme” (S.A). Chose qui n’a pas été respectée par Nessma qui a préféré garder son statut légal de Société à responsabilité limitée (S.A.R.L), se mettant ainsi en conflit avec la loi selon l’autorité de l’audiovisuel.

 

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Twitter.

Retrouvez le HuffPost Tunisie sur notre page Instagram.