MAROC
25/10/2018 15h:09 CET

Affaire Khadija: Report de l'audience pour non conformité du rapport d'expertise médicale

Rédigé en français et non en arabe, le rapport a été contesté par la partie civile.

AFP News

JUSTICE - La troisième audience de l’affaire Khadija, qui s’est déroulée ce mercredi 24 octobre dans le bureau du juge d’instruction de la Cour d’appel de Béni Mellal, a décidé du sort d’un mineur parmi les 12 accusés, présumés coupables de viols, torture et séquestration sur la jeune fille. Le juge d’instruction a décidé de le maintenir en détention provisoire le temps que l’enquête suive son cours. “Une nouvelle positive”, indique au HuffPost Maroc le comité Masaktach, fidèle soutien de Khadija qui accompagne la jeune fille depuis le début de l’affaire.

Cette audience à huis clos s’est tenue en petit comité, en présence de Khadija, de deux de ses avocats, et du seul de ses agresseurs mineur au moment des faits.

L’interrogatoire des autres prévenus, qui devait également avoir lieu ce jour-là, a finalement été reporté au 14 novembre prochain, nous précise la même source. Accompagnée également par son père, la victime n’a pas été auditionnée. À ce jour, elle n’a été entendue qu’une fois par le juge d’instruction, le 10 octobre dernier. 

Lors de cette précédente audience, un rapport d’expertise médicale de Khadija avait été remis au juge d’instruction et aux avocats des deux parties. La partie civile, qui dénonçait une analyse médicale sans valeur, a contesté hier cette expertise rédigée en français et non en arabe, langue de la procédure judiciaire. “Les avocats de Khadija ont formulé une demande afin qu’il soit rédigé en arabe. Ils n’ont pas considéré ce rapport qui n’a aucune valeur aux yeux de la loi”, poursuit le comité. Un exemplaire en arabe, qui doit servir à préparer la défense et leur permettre de le contester et demander une contre-expertise lors de la prochaine audience, leur a été remis dans la foulée.

“Cette expertise médicale ne vaut rien”, avait tranché Youssef Chehbi, avocat de Khadija interrogé par le HuffPost Maroc. “Le corps médical chargé de l’expertise n’a pas fait son travail correctement, a manqué de compétences et ne répond pas à la question posée par le tribunal qui est: ‘Cette fille a-t-elle été violée?’”, avait-il soulevé, relevant une anomalie: aucun gynécologue ne faisait parti du collège d’experts.

Si l’ambiance était calme au sein du tribunal ce mercredi, à l’extérieur, les mères des détenus sont venues manifester leur colère et leur soutien à leurs fils “victimes de Khadija”, peut-on lire sur une banderole. Certaines ont brandi des images avec un dessin représentant Khadija barrée d’une croix rouge et où l’on peut lire “Khadija la menteuse”.

“Nous avons assisté, à l’extérieur de la Cour, à une nouvelle tentative de décrédibilisation de la parole de la victime” indique Masaktach, relevant toutefois que les familles ont le droit de s’exprimer. 

Pour le comité, les audiences avancent lentement, toujours à huis clos, “mais le chemin reste encore long”.