MAROC
27/10/2018 16h:46 CET

Affaire Jamal Khashoggi: Les 18 suspects seront jugés en Arabie Saoudite

Contrairement à la demande d'Erdogan.

LeParisien.fr
Le ministre saoudien des Affaires étrangères, Adel Al Jubeir.

INTERNATIONAL - Le mystère plane encore sur l’affaire Jamal Khashoggi. Après l’arrestation de 18 suspects soupçonnés d’être impliqués dans le meurtre du journaliste saoudien, le ministre saoudien des Affaires étrangères, Adel Al Jubeir, a annoncé, samedi à Manama, que ces derniers seront jugés en Arabie saoudite.

“Les investigations se poursuivent en Arabie saoudite et en Turquie sur l’affaire Khashoggi et nous saurons la vérité”, a déclaré Al Jubeir lors d’un point de presse en marge d’une conférence sur la sécurité à Manama.

Le ministre saoudien n’a donc pas pris en compte la demande du président turc, Recep Tayyip Erdogan, exprimée le 23 octobre devant les parlementaires de son parti islamo-conservateur AKP, pour que le jugement se fasse en Turquie puisque le meurtre de Khashoggi a eu lieu dans le consulat saoudien à Istanbul.

Adel Al Jubeir a néanmoins rappelé, pendant la conférence, que la Turquie était un “pays ami” avec lequel l’Arabie saoudite entretient “de bonnes relations commerciales et d’investissement”.

Les suspects, tous de nationalité saoudienne, avaient été arrêtés le 20 octobre par les autorités saoudiennes. Parmi eux, 15 membres d’un commando saoudien impliqué dans le meurtre de Khashoggi, ainsi que trois employés du consulat, selon l’AFP.

Atlantico.fr

Le journaliste saoudien s’était rendu au consulat d’Arabie saoudite en Istanbul pour des formalités administratives, mais n’en est jamais ressorti, rappelle la MAP.

Riyad avait d’abord nié la mort de Jamal Khashoggi, mais a fini, sous la pression internationale, d’admettre que le journaliste avait bien été tué lors d’une opération dont les autorités saoudiennes n’ont pas été informées.

Le procureur général d’Arabie saoudite a même évoqué, grâce à des informations fournies par la Turquie, que le meurtre avait été “prémédité”.

“Il a été tué au consulat saoudien, nous ne savons pas comment en détail, et nous ne savons pas où se trouve le corps”, avait annoncé le ministre Al-Joubeir, 17 jours après la disparition de Khashoggi tout en niant l’implication du prince héritier Mohammed Ben Salman (MBS).