MAROC
13/07/2015 13h:20 CET

Relaxe des deux jeunes filles d'Inezgane poursuivies pour "outrage à la pudeur": Une victoire pour les défenseurs des droits des femmes (VIDÉO)

PROCÈS - Sans grande surprise, le Tribunal de première instance d’Inezgane a innocenté ce lundi les deux femmes poursuivies pour "outrage à la pudeur", parce qu’elles ont porté des jupes jugées trop courtes. Une victoire pour les défenseurs des droits des femmes.

C'était un verdict très attendu par les associations féministes et de défenses des droits de l’Homme, présents sur place en nombre ce lundi 13 juillet. "C’est une grande victoire pour le mouvement des droits de l’Homme", a affirmé Maître Bekkar Sbaai, l’un des avocats de la défense présent lors du verdict.

Devenu symbole de la défense des libertés individuelles, suite à une forte mobilisation dans le pays, le verdict d’Inezgane joue désormais le rôle d’une jurisprudence importante, le juge ayant décidé que les dispositions du code pénal en vertu desquelles elles avaient été poursuivies, ne pouvaient pas leur être appliquées. "L’article 483 du code pénal doit complètement révisé", a poursuivi l’avocat.

"Le combat n'est pas fini"

Un avis partagé par Bouthaina El Makoudi, militante de l’AMDH Agadir: "Le combat n’est pas fini, le but c’est de changer le code pénal", a-t-elle déclaré. Une affaire qui alerte également sur la nécessité d’établir des mesures visant à lutter contre les violences faites aux femmes, ont souligné l'ensemble de militants réunis devant le Tribunal.

Pour l’heure, ce verdict marque cependant une "empreinte forte", estime pour sa part Aicha Sakmassi, présidente exécutive de l’Association Voix des Femmes Marocaines. "Avec cette décision, l’Institution montre qu’elle va dans le sens des modernistes. L’espace public est la propriété de tous et le fait que nous ne soyons pas rentrés dans le débat sur les vêtements et leurs limites est un signe positif ", a-t-elle ajouté.

Pour les deux jeunes femmes d'Inezgane, le combat n’est pas terminé. "La deuxième étape c’est maintenant la plainte déposée contre les harceleurs", a confirmé Faouzia Assouli, présidente de la LDDF. Dans un communiqué diffusé peu après leur acquittement, Sanaa et Siham ont exprimé leur reconnaissance envers toutes les personnes qui les ont soutenues, et rappellent également avoir déposé une plainte à l’encontre de leurs agresseurs, dont elles espèrent qu’elle ne restera pas sans suite.

LIRE AUSSI:

Retrouvez les articles du HuffPost Maroc sur notre page Facebook.