TUNISIE
10/01/2019 17h:52 CET

Affaire Belaïd-Brahmi: Le ministère public a manipulé l’opinion publique au sujet de l’ouverture d’une enquête sur l’appareil secret d'Ennahdha, selon Raddaoui

“Le ministère public a entamé les procédures préliminaires et soumis le dossier à l’Unité nationale d’investigation dans les crimes de terroristes de la Garde nationale de l’Aouina pour laisser croire à l’ouverture d’une enquête sur l’appareil secret”

Capture écran/Youtube/Euronews Videos

Le ministère public auprès du Tribunal de première instance de Tunis a manipulé l’opinion publique au sujet de l’ouverture d’une enquête judiciaire sur l’appareil secret du Mouvement Ennahdha, a estimé jeudi Me. Ridha Raddaoui, membre du Collectif de défense des martyrs Chokri Belaïd et Mohamed Brahmi.

“L’instruction est encore dans sa première phase ”, a-t-il regretté lors d’une conférence de presse à Tunis.

“Le ministère public a entamé les procédures préliminaires et soumis le dossier à l’Unité nationale d’investigation dans les crimes de terroristes de la Garde nationale de l’Aouina pour laisser croire à l’ouverture d’une enquête sur l’appareil secret”, a-t-il expliqué.

L’Unité en question a auditionné, le 5 décembre 2018 le collectif de défense et demandé l’obtention d’une série de mandats, en l’occurrence la correspondance de la Banque centrale de Tunisie (BCT) et de la Commission d’analyse financière pour déterminer les sources de financement de Mustapha Khedr et tracer ses appels téléphoniques. ”Hélas, le ministère public n’a pas doté l’unité nationale d’investigation du pouvoir d’instruction, dans la mesure où tout mandat nécessite une autorisation du parquet”, a-t-il fait savoir.

“Chapeauté par Béchir Akremi, le ministère public a entravé toute action pertinente qui risque de nuire au Mouvement Ennahdha”, a-t-il accusé. Il a fait remarquer que le Collectif de défense a refusé de poursuivre les investigations devant la Brigade nationale de lutte contre le terrorisme, laquelle, s’est-il étonné, a réclamé une procuration écrite des Secrétaires généraux du parti des patriotes démocrates unifiés et du Courant populaire et la relance des investigations.

Raddaoui a également évoqué les plaintes déposées par le Collectif de défense contre l’ancien juge d’instruction du bureau n°13 et Procureur de la République en place, Béchir Akremi.

A ce propos, il a critiqué le fait que ce dernier ordonne l’ouverture d’une instruction pour une plainte déposée à son encontre.

″Le ministère public n’est pas en train de remplir son rôle. Il protège les criminels et les terroristes allant jusqu’à risquer de devenir complice”, a-t-il lancé, réaffirmant l’engagement résolu à faire face à la tentative de mainmise exercée par Béchir Akremi et par-delà le mouvement Ennahdha sur le ministère public.

“Le ministère public est soumis aux diktats du Mouvement Ennahdha”, a-t-il encore accusé, faisant remarquer que le procureur de la République, Béchir Akremi a usé de tous les moyens pour empêcher l’ouverture d’une information judiciaire.

Le porte-parole du tribunal de première instance de Tunis et du Pôle judiciaire de lutte contre le terrorisme, Sofiène Selliti, avait indiqué que le parquet a ordonné le 2 octobre dernier, l’ouverture d’une enquête conformément à l’article 31 du Code de procédure pénale, concernant les donnés révélées lors de la conférence de presse tenue par le Collectif de défense des martyrs Chokri Belaid et Mohamed Brahmi.

Parmi ces données, l’existence d’une “organisation secrète” liée au mouvement Ennahdha, avait-il dit.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Twitter.

Retrouvez le HuffPost Tunisie sur notre page Instagram.