ALGÉRIE
06/02/2016 01h:48 CET | Actualisé 06/02/2016 02h:10 CET

Manifestation violente contre les "bordels" à Adrar : un policier blessé, quinze arrestations

facebook adrar

Un policier grièvement blessé, une quinzaine de personnes arrêtées. Tel est le bilan d’un mouvement de protestation organisé à Adrar contre la "prostitution" et les "maisons closes".

La ville d'Adrar, dans le sud-ouest de l'Algérie, a connu, mercredi dernier, de violents affrontements entre les jeunes du Hai Al-Gharbi, situé au nord de la ville et les forces de police. Les manifestants protestaient contre ce qu'ils appellent l’extension de la "prostitution" et la multiplication de "maisons closes" dans leur quartier.

Les affrontements, rapporte le journal El Khabar, ont commencé après la prière de l'après-midi (l'asr) et ont duré jusqu'à une heure avancée de la nuit. La police est intervenue après le blocage de plusieurs routes par les manifestants qui ont élevé des barricades et brûlé des pneus.

Un policier a été gravement blessé par un jet des pierres, des voitures et des locaux commerciaux ont subi d'importantes dégradations. Les manifestants, cagoulés, lançaient des slogans contre la "prostitution" et les "bordels" qui selon eux, se sont étendus dans le quartier.

Ils ont réclamé, indique El Khabar, une commission d'enquête "sur le silence inexplicable des parties concernées qui n'ont pas bougé" pour y faire face. Quinze personnes sont été arrêtées et présentées à la justice sous l'accusation d'attroupement non-autorisé et de troubles à l’ordre public.

Dangereuse tournure

Sur les réseaux sociaux, il est fait état de la condamnation (en procédure de flagrant délit ?) de 7 personnes dont 3 âgées de plus de 55 ans à une année de prison avec sursis et l’acquittement des autres personnes.

صدور احكام على 7 اشخاص 3 منهم سنهم فوق 55 سنة بى سنة سنة غير نافدة على مدى خمس سنوات وتبرات البقية مع...

Posté par ‎محاد قاسمي‎ sur jeudi 4 février 2016

Les protestations contre les "bordels" avaient commencé mardi soir. Les protestataires ont fermé la route menant à la nouvelle ville "cheikh Belkebir. Elles se sont poursuivies mercredi avec l'installation de tentes dans le but d'organiser des sit-in.

LIRE AUSSI : Nuit agitée autour de l'hôtel Palace à Blida : des dizaines de blessés dans des affrontements

La "complaisance" des autorités à l'égard de "maisons suspectes" dans certains lieux du quartier qui connait une "dégradation en matière de sécurité" a été dénoncée par les manifestants.

La situation, indique El Khabar, a failli prendre une "dangereuse tournure" quand des protestataires ont essayé de mettre le feu à certaines "maisons suspectes" avant l'intervention des forces de sécurité qui ont quadrillé les lieux.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.