TUNISIE
29/03/2018 17h:21 CET

Le chargé du contentieux de l’Etat dément la présidente de l’Instance Vérité et Dignité, Sihem Ben Sedrine

Le ton monte entre la présidente de l'IVD et le ministère des domaines de l’Etat et des affaires foncières.

FETHI BELAID via Getty Images

Accusé par la présidente de l’Instance Vérité et Dignité (IVD) de vouloir entraver le processus de la justice transitionnelle en Tunisie, le ministère des domaines de l’Etat et des affaires foncières n’a pas tardé à réagir.

Dans un communiqué rendu public, le ministère précise à travers le chargé du contentieux de l’Etat qu’il reste à l’écart des tiraillements politiques. Il a dénoncé son implication dans des affaires d’ordre politique en assurant son engagement à travailler conformément aux dispositions dictées par la loi.

 

 Le chargé du contentieux de l’Etat a noté, par ailleurs, que le ministre des domaines de l’Etat et des affaires foncières n’intervient pas dans les détails des dossiers. “C’est le chargé du contentieux de l’Etat qui traite les dossiers de l’IVD,” souligne le communiqué.

Contrairement aux allégations portées par Sihem Ben Sedrine, ce dernier n’avait pas l’intention de bloquer les dossiers mais bien au contraire. Il veillait, plutôt, à plus de coopération entre les différents entités de l’Etat afin de servir les intérêts du pays et préserver l’argent public, note le communiqué. Le ministère, conscient de la fragilité de la situation économique du pays, a démontré sa volonté d’apporter sa contribution, sans peser sur les finances publiques. 

Chose qui n’a visiblement pas plu à la présidente de l’IVD. “Elle souhaitait le dédommagement de toute personne demandeur de réconciliation,” affirme la source.

Ces derniers jours, l’IVD a été pris pour cible par plusieurs députés lors de la plénière du lundi dernier et consacrée au vote sur la prolongation de son mandat.

Accusée de dilapidation de l’argent public, l’instance a pris la défense en expliquant que plus que 85% du budget de l’IVD sont destinés au paiement des salaires, soit 44 millions de dinars au cours de ces quatre dernières années.

 

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Twitter.

Retrouvez le HuffPost Tunisie sur notre page Instagram.