MAROC
08/05/2019 10h:31 CET

Accord sur le nucléaire iranien: où en est-on un an après le retrait américain?

Un an après l'annonce du retrait des États-Unis de l'accord sur le nucléaire iranien, de nombreux rebondissements ont aggravé la situation de l'Iran.

MOYEN-ORIENT - Il y a un an jour pour jour, Donald Trump déclarait devant les caméras de télévision du monde entier que les États-Unis se retiraient de l’accord sur le nucléaire iranien.

Le 8 mai 2018 allait alors marquer pour l’Iran le début d’une année orchestrée par l’enchaînement des sanctions américaines et l’escalade des menaces entre Washington et Téhérancomme le montre la vidéo en tête d’article. Une escalade qui mène l’Iran à annoncer ce mercredi une réduction de ses engagements pris au titre de l’accord international sur le nucléaire de 2015.

L’accord de Vienne sur le nucléaire iranien avait été négocié le 14 juillet 2015 dans la capitale autrichienne entre l’Iran et les pays du P5+1 (France, États-Unis, Chine, Russie, Royaume-Uni et Allemagne). Il levait une partie des sanctions économiques contre l’Iran en échange de l’engagement iranien de ne pas se procurer l’arme nucléaire.

Or l’arrivée au pouvoir de Donald Trump en novembre 2016 a jeté une ombre sur l’avenir de l’accord. Le président américain l’avait en effet rejeté à plusieurs reprises durant sa campagne, promettant d’en retirer les États-Unis s’il était élu. Il finira par tenir sa promesse un an et demi plus tard. 

Touchée dans ses secteurs primaires et secondaires, l’économie iranienne a alors drastiquement ralenti dès l’annonce du retrait américain. De grandes entreprises étrangères comme Total et Airbus, fraîchement (ré)installées dans le marché iranien qui s’avérait prometteur, ont quitté le pays une à une.

L’inflation dans le pays continue de progresser quotidiennement, au grand dam de la population iranienne qui en est la première victime.

Les termes de l’accord ont été encore plus déstabilisés par les menaces de Donald Trump face aux pays étrangers ne respectant pas les sanctions extraterritoriales américaines.

Les États-Unis entendent bien continuer leur pression sur l’Iran tant que le pays ne représentera plus selon eux une menace face au financement du terrorisme et du développement de l’arme nucléaire.