MAROC
17/10/2018 18h:05 CET

Accident ferroviaire: La CDT demande des explications au patron de l'ONCF et au ministre Abdelkader Amara

"Nous voulons tous comprendre ce qui s’est passé"

Anadolu Agency via Getty Images

PARLEMENT - “Nous voulons éclairer l’opinion publique sur ce qui s’est passé”. La présidente du groupe de la Confédération démocratique du travail (CDT) à la Chambre des conseillers, Touria Lahrech, annonce au HuffPost Maroc que son groupe syndical a pris la décision d’adresser une convocation au directeur général de l’ONCF, Mohamed Rabie Khlie, et au ministre en charge du secteur de l’Equipement et du Transport, Abdelkader Amara (PJD). 

Deux personnalités qui sont sollicitées par écrit par le groupe syndical pour s’expliquer sur le drame survenu, hier matin, au niveau du pont de Bouknadel près de Kénitra. L’accident ferroviaire a fauché 7 vies et fait 125 blessés, dont 7 dans un état jugé grave. “Nous avons suivi ce terrible accident et pris la décision, suite à notre réunion, d’adresser notre demande aux deux responsables”, poursuit-elle. Et de préciser qu’en tant que représentants des citoyens, les conseillers veulent que ces deux hommes reviennent sur ce qui s’est passé au juste. “Nous sommes tous choqués! Plusieurs Marocains prennent au quotidien le train et nous voulons tous comprendre ce qui s’est passé. C’est notre rôle!”, souligne la députée.

Une décision nourrie surtout par les messages qui circulent, depuis le tragique accident, laissant croire que le personnel de l’ONCF était au courant d’un problème au niveau des rails à ce niveau précis. Certains passagers du train précédent auraient en effet déclaré avoir ressenti des secousses à l’endroit où s’est produit le drame vers 10h20. Plusieurs en auraient avisé les chefs de gares sans qu’aucune mesure ne soit prise. Des révélations qui, pour la CDT, légitiment amplement sa convocation aux deux responsables. “Ils doivent lever le doute et éclairer les citoyens”, répète-t-elle. Et d’estimer que l’enquête ouverte, sur instructions du roi Mohammed VI, montre l’importance de cet accident ferroviaire.

Hier, sur instruction royale, une délégation formée du ministre de l’Intérieur, Abdelouafi Laftit, et celui de l’Équipement, du Transport, de la Logistique et de l’Eau, Abdelkader Amara, s’est rendue sur les lieux de l’accident. Le chef du gouvernement Saad Eddine El Othmani s’est contenté, pour sa part, d’exprimer “sa profonde tristesse”.

L’ONCF, pour sa part, a annoncé cet après-midi dans un communiqué avoir en effet été alerté de secousses survenues à une dizaine de kilomètres du lieu où s’est produit l’accident, lors du passage du train précédent. Des contrôles des infrastructures auraient été menés sans qu’aucun dommage significatif ou défaut ne soit relevé.