MAROC
27/03/2019 14h:04 CET

Accident ferroviaire de Bouknadel: Le conducteur de train quitte la prison, ses avocats feront appel

Ses avocats veulent faire appel pour demander un acquittement.

AIC Press

PROCÈS - À la fois soulagés et déçus. À l’énoncé du verdict hier soir dans le procès de Laarbi Rich, conducteur du train qui a déraillé à Bouknadel le 16 octobre dernier, ses avocats sont mitigés. En détention depuis le 23 octobre, Laarbi Rich a bien été inculpé pour homicide et blessures involontaires pour lesquels il était poursuivi conformément aux articles 432 et 433 du code pénal, après cet accident ferroviaire ayant fait 7 morts et 125 blessés. Il a été condamné à cinq mois et cinq jours de prison ferme, soit la durée qu’il a purgée depuis sa détention. Le tribunal de première instance de Salé a ainsi décidé de le relâcher. 

“Le temps que la procédure soit accomplie, il devra quitter la prison cette après-midi”, annonce au HuffPost Maroc un de ses avocats Hakim Tiouje. Pour ce dernier, le verdict de la cour “n’est pas justifié d’un point de vue juridique”. “Nous avons démonté l’accusation pièce par pièce en présentant des preuves tangibles de l’innocence de Laarbi Rich. Ma plaidoirie a duré près de 2h45mn”, souligne cet avocat. Et de regretter que “la cour n’ait pas eu l’audace de prononcer l’acquittement, puisque le doute doit toujours bénéficier à l’accusé et non au ministère public”.

Un acquittement “mérité” dont cet avocat mais aussi d’autres sont convaincus. “Nous sommes très contents qu’il soit enfin libre pour rejoindre sa famille, mais nous restons toujours convaincus de son innocence. Ce verdict, pour moi, en a le goût quelque part”, nous déclare, de son côté, l’avocate Hind Wahdani pour qui le combat ne s’arrête pas à la sortie de prison. “Nous sommes à 100% pour interjeter appel, car d’un point de vue moral, il y a une différence entre culpabilité et acquittement”, ajoute-t-elle.

Les avocats devront rencontrer Laarbi Rich pour en discuter avec lui. “De toute façon, le dossier de cet accident ferroviaire n’est pas totalement clos. La cour devra examiner les expertises pour décider des indemnités dues aux parties civiles par l’application du dahir relatif à l’indemnisation des victimes d’accidents causés par des véhicules terrestres à moteur”, précise Me Tiouje.

Laarbi Rich, lui aussi blessé lors de cet accident ferroviaire, devra entamer une procédure d’indemnisation pour accident de travail, nous précise cet avocat. “Nous continuerons de le soutenir. Nous craignions vraiment le pire au cours de son procès, d’autant que la cour était moins réceptive à nos requêtes ces deux derniers mois et que les articles de loi prévoyaient jusqu’à 5 ans de prison ferme”, confie-t-il. Et de se réjouir que Rich puisse reprendre une vie normale. “Tout au long de sa détention, il a forcé l’admiration par son calme et son optimisme”, assure Me Tiouje.

D’après ce dernier, Laarbi Rich a atteint l’âge de la retraite au mois de février. “Je ne sais pas ce qu’il compte faire sur le plan professionnel, mais, pour l’instant, retrouver sa famille passe avant tout”. Sa famille, qui avait observé plusieurs sit-in devant le tribunal de première instance de Salé, se réveille d’un long cauchemar. “Nous l’attendons avec impatience devant la porte de la prison Arjat pour le serrer dans nos bras”, nous déclare sa fille Manal Rich, avec des larmes de joie.