ALGÉRIE
28/10/2018 19h:41 CET | Actualisé 28/10/2018 19h:54 CET

Abdou Semmar poursuivi pour "menaces et diffamation" sur plaintes d'Ennahar et de Zoukh (avocat)

arCHIVES

Le journaliste Abderrahmane Semmar, éditeur du site d’informations Algérie Part, est poursuivi  “diffamation” par le groupe Ennahar et le wali d’Alger, Abdelkader Zoukh, a indiqué au HuffPost Algérie un de ses avocats, Me. Amine Sidhoum, citant son dossier judiciaire.

“Abdou” Semmar a été placé  jeudi 25 octobre 2018 sous mandat de dépôt après avoir été entendu, en comparution immédiate, par le juge d’instruction près le tribunal de Said Hamdine.

L’éditeur du site Algerie Part est poursuivi en diffamation par le groupe Ennahar, avait indiqué Me. Amine Sidhoum, qui avait également démenti, formellement les accusations “de chantage et extorsion” avancées par la même chaine de télévision privée.

Contacté par le HuffPost Algérie, le même avocat, qui a eu accès ce dimanche au dossier judiciaire, a fait savoir que les charges retenues contre Abderrahmane Semmar sont “menaces, diffamation et atteinte à la vie privée des gens”. 

Les plaintes ont été déposées par le groupe Ennahar et le wali d’Alger, Abdelkader Zoukh, fait savoir la même source, pour une série d’articles rédigés et publiés par le journaliste.

Me. Sidhoum, se basant sur la citation à comparaître de l’accusé, a estimé que le dossier “est léger”, rajoutant que ces accusations “sont discutables”.

Il a déclaré qu’arrêter un journaliste par rapport à “ses écrits est problématique”, regrettant que “certaines chaînes audiovisuelles portent atteinte à la vie privée des gens” sans se sentir inquiétée. “Pourquoi ces deux poids deux mesures ?”, s’interroge-t-il.

 Le même avocat s’est également interrogé comment “peut-on mettre des personnes en détention provisoire sans prendre en considération le principe de la présomption d’innocence”, regrettant également que “la Gendarmerie Nationale ne prend pas les dispositions nécessaires pour protéger l’intégrité physique et morale des accusés, ainsi que leur dignité”. 

“Abdou” Semmar sera à nouveau entendu, avec le présentateur TV Merouane Boudiab, le 8 novembre prochain par le juge d’instruction, apprend-on de même source. 

Abdou Semmar et Merouane Boudiab, journaliste et présentateur TV, ont été interpellés mardi par la gendarmerie.

Plusieurs médias ont lié cette arrestation ”à la guerre menée au “Facebookeur” Amir DZ.

 

La chaîne de télévision privée Ennahar TV évoquait pendant plusieurs jours une accusation “d’extorsion et de chantage” à son encontre.