ALGÉRIE
31/03/2016 05h:58 CET | Actualisé 31/03/2016 06h:27 CET

Attentats de Paris: Abdeslam souhaite être remis à la France et "collaborer"

Reuters TV / Reuters
THIS IMAGE IS BINNED A suspect is apprehended by armed Belgian police in Molenbeek, near Brussels, Belgium, in this still image taken from video shot on March 18, 2016. Belgian-born Salah Abdeslam, one of the main suspects from November's Paris attacks, was arrested after a shootout with police in Brussels on Friday. REUTERS/iTele via Reuters TV ATTENTION EDITORS - THIS PICTURE WAS PROVIDED BY A THIRD PARTY. REUTERS IS UNABLE TO INDEPENDENTLY VERIFY THE AUTHENTICITY, CONTENT, LOCATION OR D

Salah Abdeslam, seul survivant des commandos ayant perpétré les attentats du 13 novembre à Paris, arrêté le 18 mars à Bruxelles, souhaite être remis à la France et "collaborer avec les autorités françaises", a déclaré jeudi un de ses avocats.

Salah Abdeslam, seul survivant des commandos ayant perpétré les attentats du 13 novembre à Paris, arrêté le 18 mars à Bruxelles, souhaite être remis à la France et "collaborer avec les autorités françaises", a déclaré jeudi un de ses avocats.

Me Cédric Moisse s'exprimait devant des journalistes à la sortie d'une audience devant la chambre du conseil de la cour d'appel de Bruxelles pour l'examen du mandat d'arrêt européen émis à l'encontre d'Abdeslam par la France après les attentats qui avaient fait 130 morts en novembre.

Le Français de 26 ans n'avait pas été extrait de sa prison de Bruges (nord-ouest) jeudi matin pour l'audience et celle-ci été reportée à 16H00 (14H00 GMT) pour laisser le temps au procureur d'aller l'entendre en prison, a précisé Me Moisse, collaborateur de Me Sven Mary.

"Je vous confirme par ailleurs que Salah Abdeslam souhaite être remis aux autorités françaises", a ajouté l'avocat. "Il consent donc à l'exécution de son mandat d'arrêt européen et je peux aussi vous confirmer qu'il souhaite collaborer avec les autorités françaises".

Le parquet fédéral belge "ne s'oppose pas" à la remise d'Abdeslam à la France, a d'autre part dit à l'AFP un des porte-parole du parquet, Eric Van der Sypt.

La décision de la chambre du conseil -- juridiction d'instruction qui siège à huis clos -- doit être rendue au plus tard vendredi, à l'expiration du délai de 15 jours après l'arrestation d'Abdeslam.

Ce dernier avait été entendu dès le lendemain de son arrestation par les enquêteurs belges, faisant d'abord mine de collaborer avant de se murer dans le silence. Entendu à nouveau le 22 mars juste après les attentats de Bruxelles (32 morts), il s'était également refusé à la moindre déclaration.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.