ALGÉRIE
14/02/2019 15h:59 CET

Abderrahmane Raouya: "la situation financière du pays ne permet pas de généraliser le dégel des projets"

Les autorités publiques avaient recouru au gel des projets de développement, à travers l’ensemble du territoire national, sans exclusion aucune, en raison de la baisse des ressources financières du pays.

DR

Le ministre des Finances, Abderrahmane Raouya a affirmé, jeudi, que la levée du gel des projets de développements programmés dans plusieurs wilayas était tributaire de l’amélioration de la situation financière du pays.

Lors d’une séance plénière du Conseil de la nation, consacrée aux questions orales, présidée par Abdelkader Bensalah, président du Conseil, M. Raouya a indiqué que le Gouvernement œuvrait à améliorer les recettes des fiscalités ordinaire et pétrolière pour poursuivre la levée du gel graduel des projets de développement, à travers l’ensemble du territoire national.

Répondant à la question du sénateur, Amar Mellah, le ministre a dit que “la situation financière actuelle du pays ne permet pas de généraliser le dégel des projets à tous les secteurs, mais nous œuvrerons, néanmoins, à améliorer les recettes des fiscalités ordinaire et pétrolière, afin de poursuivre l’opération du dégel”.

Les autorités publiques avaient recouru au gel des projets de développement, à travers l’ensemble du territoire national, sans exclusion aucune, en raison de la baisse des ressources financières du pays, et partant il a été décidé de focaliser les efforts sur les projets en cours de réalisation et de reporter ceux non encore lancés, a-t-il expliqué.

La décision du gel “n’est pas définitive” et sera levé graduellement, dès la disponibilité des ressources financières publiques, comme fut le cas pour les projets des secteurs de l’Education, de la Santé, des Ressources en eau et de l’Enseignement supérieur, qui revêtent un caractère prioritaire, a-t-il rassuré.

Pour M. Raouya, les donnés enregistrées sur le terrain et les dispositions des différentes lois de finances démontrent clairement que les autorités publiques “ne ménagent aucun effort en vue de prendre en charge les projets locaux”, mais le rythme de satisfaction des exigences du développement demeure, toutefois, tributaire de la disponibilité des ressources financières pour une couverture optimale des besoins”.

A une question relative à la wilaya de Batna, le ministre a indiqué qu’au regard des priorités de cette wilaya, il a été procédé au dégel des projets de développement, à la faveur d’une autorisation de programme d’une valeur globale de 1,683 milliards de dinars au titre de l’investissement et de 32 millions de dinars au titre des opérations en capital”.

Ladite opération concerne les secteurs de l’Education nationale, l’Enseignement supérieur, la Santé et la Formation professionnelle.

Au titre du programme centralisé, la wilaya de Batna a bénéficié de 388,6 millions de dinars englobant les infrastructures de base, de santé et de recherche scientifique.

Pour ce qui du programme décentralisé, la wilaya a bénéficié d’un montant de 1,344 milliards de dinars alloué aux secteurs de l’Education, de la Formation, de l’Enseignement supérieur et des structures administratives.