LES BLOGS
14/08/2019 10h:36 CET | Actualisé 14/08/2019 10h:36 CET

Abdelkrim Zbidi candidat propulsé par l’establishment

La présidence de la République est une fonction profondément politique qui nécessite un homme fort capable d’unir tout un peuple autour d’un idéal...

Anadolu Agency via Getty Images

Rien ne prédestinait la montée fulgurante du candidat Zbidi ces derniers jours dans la course aux présidentielles. Il est présenté comme le messie, candidat naturel de la famille progressiste et farouchement opposé aux islamistes.

Abdelkrim Zbidi a un parcours académique pour le moins excellent. Il est diplômé de médecine, de physiologie humaine et de biologie. Il a occupé plusieurs postes à haute responsabilité à la faculté de médecine de Sousse ainsi que des portefeuilles ministériels au début des années 2000. Après la révolution, il a été à la tête du ministère de la Défense dans le gouvernement de Béji Caid Essebsi, de Hammadi Jebali et plus récemment celui de Youssef Chahed.

Après le décès du président de la République, certains ont manifesté leur souhait de voir Abdelkrim Zbidi se présenter à la magistrature suprême. Plusieurs l’ont désigné comme héritier de Béji Caid Essebsi et que ce dernier l’aurait même exhorté de se présenter aux élections présidentielles. Des pages sponsorisées ont vu le jour sur les réseaux sociaux soutenant sa candidature. Des chaines télévisées et la presse écrite l’ont présenté comme l’élu, capable de renverser le populiste Karoui et le “protégé d’Ennahdha” Chahed. Une machine de propagande a été mise en place pour défendre sa candidature. Plusieurs personnalités, qui se sont retrouvées en dehors du paysage politique, ont sauté sur l’occasion pour manifester leur soutien à Abdelkrim Zbidi. Le parti “Afek Tounes” a aussi appuyé sa candidature pour ne pas être discrédité lors des législatives. Cette formation qui s’est toujours présentée comme un parti avec un programme pragmatique s’est retrouvée à soutenir un candidat sans vision pour la Tunisie. Le parti “Nidaa Tounes”, ou du moins ce qu’il en reste, n’ayant pas d’autres choix s’est vu obliger de soutenir sa candidature.  

Cependant Abdelkrim Zbidi n’a pas la carrure d’un président de la République. Ses interventions sont tout d’abord très rares, on ne connait pas sa vision pour la Tunisie ni même son positionnement sur l’échiquier politique. Ses apparitions médiatiques ont été marquées par sa maladresse. En effet, il a été incapable de s’imposer et de construire une intervention fluide et compréhensible. Il a également été présenté comme opposé aux islamistes, cependant il a collaboré avec eux dans le gouvernement de Hamadi Jebali. Abdelkrim Zbidi n’a pas un passé de militant et donc n’a pas de légitimité politique pour se présenter aux élections. Le seul mérite qu’on peut lui reconnaître, c’est la réussite qu’il a connue à la tête du ministère de la Défense dans un contexte de guerre civile en Libye et de soulèvement populaire en Algérie.

La présidence de la République est une fonction profondément politique qui nécessite un homme fort capable d’unir tout un peuple autour d’un idéal, un homme capable d’affronter les crises et de rester debout, un homme qui peut redonner confiance aux tunisiens et dans lequel ils peuvent se reconnaître. 

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Twitter.

Retrouvez le HuffPost Tunisie sur notre page Instagram.