LES BLOGS
25/07/2018 10h:06 CET | Actualisé 25/07/2018 10h:20 CET

À quel risque de défaut de paiement est exposé la Tunisie?

La solvabilité de la Tunisie a été évaluée 18 fois par trois agences de notation depuis le soulèvement du 14 Janvier 2011 et il a été dégradé 14 fois

XtockImages via Getty Images

Les États peuvent, et périodiquement, faire défaut sur leur dette. Cela se produit lorsque le gouvernement est incapable ou refuse de tenir ses promesses fiscales. (En remontant plus loin, on s’aperçoit que les défauts de paiement des États endettés sont plus fréquents statistiquement que leur capacité à rembourser à temps.). L’Argentine, la Russie et le Pakistan en sont des exemples qui ont fait défaut au cours des deux dernières décennies. (Des épisodes répétitifs de défauts de paiements sur la dette extérieure semblaient être la norme dans presque chaque région du monde y compris en Europe.) 

Bien sûr, toutes les valeurs par défaut ne sont pas identiques. De manière explicite et dans certains cas, le gouvernement rate un intérêt ou un paiement de capital. D’autres fois, cela retarde simplement un déboursement. Le gouvernement peut également échanger les notes originales contre de nouvelles avec des conditions moins favorables. Dans ce cas, le détenteur accepte des rendements plus bas ou prend une “décote” sur le prêt - c’est-à-dire, accepte une obligation avec une valeur nominale beaucoup plus petite.

Historiquement, l’incapacité à rembourser les prêts est un problème encore plus épineux pour les pays qui empruntent dans une devise étrangère. Pourquoi? Parce que lorsqu’ils font face à des finances publiques très dégradées, ces pays n’ont pas la possibilité d’imprimer simplement plus d’argent.

Le fait est que de nombreux pays en développement émettent des obligations dans une monnaie alternative - souvent le dollar américain.

Quand un pays est en défaut sur sa dette, l’impact sur les détenteurs d’obligations peut être sévère. En plus de punir les investisseurs individuels, il a un impact sur les fonds de pension et autres grands investisseurs ayant des participations importantes.

L’un des moyens par lesquels les investisseurs institutionnels peuvent se protéger contre les pertes catastrophiques est un contrat connu sous le nom de swap sur défaillance de crédit. Le vendeur s’engage à payer le solde du capital et des intérêts en cas de défaillance de la nation. En échange, l’acheteur paie des frais de protection, qui s’apparentent à une prime d’assurance. La partie protégée accepte de transférer la caution initiale, qui peut avoir une certaine valeur résiduelle, à sa contrepartie en cas d’événement de crédit négatif.

Dette souveraine

La dette souveraine est une promesse faite par un gouvernement de payer ceux qui lui prêtent. C’est la valeur des obligations émises par le gouvernement de ce pays. La grande différence entre la dette publique et la dette souveraine réside dans le fait que la dette publique est émise dans la monnaie nationale, tandis que la dette souveraine est émise dans une devise étrangère. Le prêt est garanti par le pays d’émission.

Avant d’acheter la dette souveraine d’un gouvernement, les investisseurs déterminent le risque de l’investissement. La dette de certains pays, tels que les États-Unis, est généralement considérée sans risque, tandis que la dette des pays émergents ou en développement comporte un risque plus élevé. Les investisseurs doivent tenir compte de la stabilité du gouvernement, de la manière dont le gouvernement prévoit de rembourser la dette et de la possibilité que le pays fasse défaut. À certains égards, cette analyse de risque est similaire à celle réalisée avec les titres de créance de sociétés, bien que les investisseurs puissent parfois rester beaucoup plus exposés aux dettes souveraines. Étant donné que les risques économiques et politiques pour la dette souveraine dépassent la dette des pays développés, la dette se voit souvent attribuer une note inférieure au statut sûr AAA et AA et peut être considérée comme inférieure à la catégorie investissement.

Dette émise en devises étrangères

Les investisseurs préfèrent les investissements dans des devises qu’ils connaissent et dans lesquelles ils ont confiance, comme le dollar américain et la livre sterling. C’est pourquoi les gouvernements des économies développées peuvent émettre des obligations libellées dans leur propre monnaie. Les monnaies des pays en développement ont généralement un bilan plus court et pourraient ne pas être aussi stables, ce qui signifie qu’il y aura beaucoup moins de demande de dette libellée dans leur devise.

La dette extérieure de la Tunisie :

Les temps sont durs pour la Tunisie. En crise économique, le pays a enregistré une dette publique équivalant à 69,20% du produit intérieur brut du pays en 2017. La dette publique au PIB en Tunisie n’excédait pas en moyenne de 57,96% entre 1991 et 2017, atteignant un record historique de 70,10% en 1996 et un creux record de 39,20% en 2010.

Décembre 2017, le parlement Tunisien a approuvé le budget d’État pour l’année 2018, le conseil économique a estimé que le prix du baril brut ne dépasserait pas en moyenne 55$, Cependant le prix de pétrole a rapidement monté vue la tension qui domine entre l’administration Trump et l’Iran .

Une donne dont les décideurs n’ont pu se réjouir trop vite compte tenu de l’aggravation de la dette de la Tunisie, et les ressources en devises qui ont considérablement baissé. La confusion semble régner et le sentiment de s’approcher du défaut pèse sur le moral des investisseurs.

En effet, la solvabilité de la Tunisie a été évaluée 18 fois par trois agences de notation depuis le soulèvement du 14 Janvier 2011 et il a été dégradé 14 fois, ce qui rendait sa sortie au marché international plus difficile avec des taux d’intérêts élevés. Par conséquent, les dettes extérieures ont été considérablement augmentées pour couvrir les grands déficits budgétaires des années post révolution. Selon Bloomberg le credit spread des CDS sur les obligations émis par la Tunisie a atteint 380 bps ce qui explique que la probabilité de défaut de paiement a augmenté les dernières années.

Toutefois, de tous les indicateurs qui vont ramener le pays à un défaut de paiement, les politiciens Tunisiens adoptent une seule et unique devise: S’ils ne soutiennent pas l’unique démocratie du monde arabe ils perdront leur crédibilité pour toujours et moi je vous le dis, sans l’implémentation des réformes profondes et sans mener une vraie guerre contre la corruption “ils” nous lâcheront .

Risque et Réputation

Les pays en développement peuvent être désavantagés en matière d’emprunt de fonds. À l’instar des investisseurs peu solvables, les pays en développement doivent payer des taux d’intérêt plus élevés et émettre des titres de créance libellés en devises étrangères plus fortes afin de compenser le risque supplémentaire assumé par l’investisseur. La plupart des pays ne rencontrent toutefois pas de problèmes de remboursement. Des problèmes peuvent survenir lorsque des gouvernements inexpérimentés surévaluent les projets à financer par la dette, surestiment les revenus générés par la croissance économique, structurent leur dette de manière à rendre le paiement uniquement réalisable dans les meilleures conditions économiques ou en cas d’échange. les taux rendent le paiement dans la devise libellée trop difficile.

Qu’est-ce qui fait qu’un pays émetteur de dette souveraine veut rembourser ses prêts en premier lieu? Après tout, si les investisseurs peuvent investir de l’argent dans leur économie, ne prennent-ils pas le risque? Les économies émergentes veulent rembourser la dette car cela crée une solide réputation que les investisseurs peuvent utiliser pour évaluer les opportunités d’investissement futures. Tout comme les adolescents doivent se doter d’un crédit solide pour établir leur solvabilité, les pays émetteurs de dette souveraine veulent rembourser leur dette afin que les investisseurs puissent constater qu’ils sont en mesure de rembourser tous les prêts ultérieurs.

L’impact de la défaillance

Le défaut de paiement de la dette souveraine peut être plus compliqué que le défaut de paiement des dettes d’entreprise, car les actifs nationaux ne peuvent être saisis pour rembourser des fonds. Au contraire, les termes de la dette seront renégociés, laissant souvent le prêteur dans une situation défavorable, voire une perte totale. L’impact de la défaillance peut donc être beaucoup plus important, à la fois en termes d’impact sur les marchés internationaux et de ses effets sur la population du pays. Un gouvernement en défaut peut facilement devenir un gouvernement dans le chaos, ce qui peut être désastreux pour d’autres types d’investissement dans le pays émetteur.

Les causes du défaut de la dette

Essentiellement, le défaut se produira lorsque les dettes d’un pays dépassent sa capacité de paiement. Il y a plusieurs circonstances dans lesquelles cela peut arriver :

  • Lors d’une crise monétaire

La monnaie nationale perd sa convertibilité en raison des changements rapides du taux de change. Il devient trop coûteux de convertir la devise nationale à la devise dans laquelle la dette est émise.

  • Changement de climat économique

Si le pays dépend fortement des exportations, en particulier des produits de base, une réduction significative de la demande étrangère peut réduire le PIB et rendre le remboursement coûteux. Si un pays émet une dette souveraine à court terme, il est plus vulnérable aux fluctuations du sentiment du marché.

  • Politique intérieure

Le risque de défaut est souvent associé à une structure gouvernementale instable. Un nouveau parti qui prend le pouvoir peut être réticent à satisfaire aux obligations contractées par les dirigeants précédents.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Twitter.

Retrouvez le HuffPost Tunisie sur notre page Instagram.