MAROC
10/05/2019 17h:14 CET

À Melilla, le parti espagnol d'extrême droite Vox souhaite un bon ramadan aux musulmans

Et fait marche arrière à cause des insultes des internautes.

Jesus Blasco De Avellaneda / Reuters
Des musulmans attendent l'Aïd al-Adna à Melilla en 2015.

RAMADAN - Au début du mois de mai, de nombreux partis et responsables politiques ont souhaité aux musulmans un bon ramadan. Parmi eux, l’antenne de Melilla du parti d’extrême-droite espagnol Vox - dont le leader veut construire un mur entre le Maroc et ses deux enclaves. La démarche a surpris de nombreux internautes... Et Vox Melilla a dû faire marche arrière à cause des insultes reçues en commentaires.

“Nous voulons féliciter la communauté musulmane de notre ville pour le début du mois sacré de Ramadan. Ces journées sont réservées à la famille. La famille est le pilier sur lequel repose notre société et constitue un lien entre les cultures et les religions, défendons-la ensemble”, écrivait l’antenne locale sur les réseaux sociaux dimanche 5 mai. 

Niporwifi/Twitter

Les commentaires n’ont pas tardé à tomber, accompagnés d’attaques et d’insultes. “Ne soyez pas des démagogues sociaux-démocrates”, “Vous ne félicitez pas les catholiques pour Pâques mais vous félicitez les musulmans pour Ramadan?”, “Vous perdez votre crédibilité, vous perdez vos affiliés, vous perdez vos abonnés et vous perdez la partie”, pouvait lire Vox sous sa publication, rapporte la radio espagnole Cadena SER.

Un message devenu un “champ de bataille”

Il n’aura fallu que deux jours pour que les partisans du parti ne le fassent flancher. Mardi 7 mai, dans un message Facebook, l’antenne de Melilla a avoué avoir décidé de supprimer le message de félicitations sur Facebook et Twitter en raison “de l’avalanche d’attaques et d’insultes provoquée par notre initiative”. La publication devenait un “champ de bataille”, souligne le parti.

Rappelant qu’il a pour habitude de féliciter toutes les communautés à l’occasion des fêtes religieuses, comme la fête juive de Pessa’h ou la Semaine sainte chrétienne, le parti a tout de même réaffirmé ses voeux de bonheur à la communauté musulmane. Et dénonce le fait que “la religion commence à se mêler dangereusement à la politique dans notre ville”.

“Tous les Espagnols doivent être égaux, indépendamment de leur sexe, de leur appartenance ethnique ou de leur religion”, conclut le message.