MAROC
07/03/2019 14h:41 CET

À l'occasion de la Journée internationale de la Femme, l'association de lutte contre le sida lance une alerte

L'association rappelle le besoin urgent de renforcer les services de traitement et de prévention de l'infection au VIH pour les femmes.

noipornpan via Getty Images

SANTÉ - Ce 8 mars, comme chaque année, le monde célèbrera la Journée internationale des droits des femmes. À cette occasion, l’association de lutte contre le sida (ALCS) lance une alerte sur la situation des femmes et des jeunes filles marocaines touchées par les virus du VIH et des hépatites. Elle prévoit des actions de plaidoyer et de mobilisation en faveur de ces femmes oubliées et, parfois même marginalisées, pour réaffirmer le besoin urgent de renforcer les services de traitement et de prévention de l’infection au VIH à leur égard.

“Le VIH/sida reste encore la principale cause mondiale de décès chez les femmes en âge de procréer dans les pays à revenu faible ou intermédiaire. Cette vulnérabilité découle, entre autres, des inégalités sociales, de pratiques culturelles dangereuses pour leur santé, du manque d’éducation et de la pauvreté dans laquelle elles sont maintenues”, rappelle l’association dans un communiqué. “La féminisation de l’épidémie et les facteurs de l’inégalité liés au genre exigent de prendre en compte les aspects de la réponse liés au genre”, ajoute le document.

Les rendez-vous proposés demain par l’association iront en ce sens. À Safi et Tiznit, une séance thématique animée par l’animatrice d’une association de droit humain abordera la violence à l’égard des femmes. À Essaouira, on se penchera sur la loi n°103-13 relative à la lutte contre les violences faites aux femmes. A Fès, la violence basée sur le genre (stigmatisation et discrimnation) et les principales actions réalisées par le mouvement des femmes au Maroc seront abordées. Casablanca accueillera un échange sur la violence fondée sur le genre et ses conséquences sur la santé et le psychique de la femme, animée par Zaynab Elfarnini (membre de l’association marocaine de lutte contre la violence à l’égard des femmes). Enfin, Agadir et Marrakech seront l’occasion d’aborder les droits des femmes. L’association prévoit également des séances de dépistage en marge de chaque séance.

“Nous sommes convaincus qu’aucune politique de prévention ou de réduction des risques ne peut réussir sans respect des droits des populations concernées et c’est pour cela que nous sommes particulièrement vigilants à intégrer les femmes dans toutes les instances de gouvernance de notre association”, a rappelé le professeur Mehdi Karkouri, président en exercice de l’ALCS.

En 2017, le sida avait causé 480 décès au Maroc et atteint 990 nouvelles personnes.