TUNISIE
23/09/2019 19h:28 CET | Actualisé 24/09/2019 10h:42 CET

À la rencontre de Nadèje Tabib, lauréate du Prix Orange de l'Entrepreneur Social et fondatrice d'AVCare

AVCare est une solution de détection et de prévention en cas d’AVC, composée d’une application mobile et d’un bracelet électronique.

Orange Tunisie, plus qu'un opérateur
Nadege Tabib

Pour la 9ème année consécutive, Orange Tunisie a dévoilé, jeudi 5 septembre 2019, les 3 lauréats tunisiens du Prix Orange de l’Entrepreneur Social parmi 7 jeunes entrepreneurs finalistes. Cette année, l’appel à candidatures a recueilli 170 dossiers provenant de tout le territoire et de haute qualité.

Parmi eux, celui de Nadèje Tabib, arrivée 3ème, qualifiée pour participer à la grande finale internationale et donc en compétition avec ceux des autres pays d’Afrique et du Moyen-Orient où Orange est présent, soit au total 51 candidats.

 

Avec un pitch remarquable, Nadège a présenté AVCare, une solution pour prévenir les Accidents Vasculaires Cérébraux, alliant au mieux médecine et technologie. Interview.

HuffPost Tunisie : Qu’est-ce que AVCare? 

Toutes les 5 secondes une personne dans le monde est touchée par l’AVC (Accident Vasculaire Cérébral), ce qui en fait la 2ème cause de mortalité dans le monde et la 1ère cause de handicap acquis en Tunisie, le bilan est désastreux puisque chaque année 6,2 millions de personnes décèdent suite à un AVC.

Pourtant les symptômes de l’AVC peuvent être détectés de 1h jusqu’à 4h30 avant la crise fatale.

AVCare est donc une solution de détection et de prévention en cas d’AVC, composée d’une application mobile et d’un bracelet électronique.

AVCare alerte les proches et le médecin traitant en cas d’AVC via SMS en leurs indiquant l’état de santé de la personne ainsi que la géolocalisation de cette dernière. AVCare utilise la technologie au service du progrès médical afin de sauver des vies.

D’où vous est venue l’idée ? Êtes-vous vous-même issue du monde médical ?

Depuis mes 13 ans, j’ai été impliquée dans le monde de la technologie. Déjà, à cet âge-là, j’étais responsable de l’aspect technique du centre d’appel que gérait ma mère. Au fil des années, j’ai nourri une passion pour le monde technologique, médical et entrepreneurial.

Après l’obtention de mon baccalauréat français série scientifique avec mention, j’ai intégré la faculté de Médecine de la Timone Marseille sous l’influence de ma mère. Cependant je voulais m’impliquer dans le monde médical mais différemment, j’ai donc décidé d’entamer des études en ingénierie informatique à Esprit.

Pendant mon cycle j’ai tout d’abord intégré Enactus Esprit, club universitaire faisant partie de l’ONG internationale Enactus, nous avons réalisé divers projets dont une application de détection de maladie hématologique et c’est ainsi qu’en 2018 nous avons remporté la compétition nationale et avons représenté la Tunisie, à la Silicon Valley en Californie, USA.

A notre retour des Etats-Unis, je voulais m’impliquer dans un projet tant sur le plan académique et personnel qui aurait un impact réel. En phase de recherche d’idée, mon collègue a reçu un appel lui indiquant que son oncle a été victime d’un AVC. On a alors commencé à s’interroger sur les symptômes de l’AVC, sur la possibilité de prévenir l’AVC et c’est ainsi qu’AVCare a vu le jour.

Si dans le monde nous voyons un lien très fort entre la médecine et la technologie, qu’en est-il de la Tunisie selon votre expérience ? Etait-ce difficile de trouver des partenaires pour vous soutenir dans un tel projet ?

Aujourd’hui la technologie est présente dans tous les domaines, la santé, l’agriculture, l’éducation... Cependant en Tunisie, nous nous trouvons au début de l’application de la technologie à notre vie quotidienne.

Mais si on peut remarquer une évolution certaine, par la prise de conscience générale, mais également et surtout par l’implication des jeunes, je pense que nous nous trouvons tous face à la même difficulté, qui n’est autre que le manque de ressources.

En Tunisie, le e-health et le m-health ne sont pas très présents. Malheureusement pouvoir réaliser un projet alliant technologie et santé présente plusieurs difficultés et obstacles à relever. L’accès aux ressources techniques et matérielles nécessite certains moyens financiers, la multitude des tests afin de maximiser l’efficacité de la solution également, tout ceci mène à la difficulté de trouver des partenaires pouvant nous soutenir tout au long du processus de réalisation du projet ainsi qu’à la fabrication du prototype final.

Quelle est votre cible à travers AVCare ?

Aujourd’hui l’AVC peut toucher tout le monde, jeunes et personnes âgées. Cependant certaines personnes sont prédisposées à avoir un AVC. Notre cible est composée des personnes souffrant de diabètes, d’hypertension artérielle, de cardiopathies emboligènes ou encore celles qui ont déjà eu un AVC auparavant.

AVCare est-il amené à se développer à l’international ou est-ce que des produits similaires existent ? Et vous, plus personnellement, comptez-vous continuez à élargir le champ d’horizon médical à travers les outils technologique ?

AVCare est la 1ère application mobile de détection d’AVC dans un délai de quelques heures avant la crise finale. Aujourd’hui, il existe des applications de prévention sur le long terme, pour traiter les facteurs à risques d’AVC ou encore un casque de détection d’AVC.

C’est pour cela que notre vision est de développer AVCare à l’international, en Afrique par le biais de la Tunisie et en Europe à travers la France.

Actuellement, nous allons procéder à la finalisation du prototype d’AVCare, nous mènerons par la suite des tests cliniques en Tunisie et en France parallèlement afin de valider notre dispositif et le commercialiser.

D’un point de vue personnel, je désire consacrer ma carrière dans le développement de solution m- Health et e-Health, un parcours soutenu par de la recherche mais surtout par de l’applicatif, alliant l’aspect médical et technologique. Je pense que nulle cause n’est plus importante que celle de sauver des vies et de faire évoluer la médecine à travers le progrès technologique.

Que représente pour vous ce Prix Orange ?

Le Prix Orange est tout d’abord tout un parcours, riche en apprentissage et en partage. Participer au POESAM c’est avoir l’opportunité de présenter son projet dans un environnement qui permettra le développement de ce dernier, de par l’accompagnement, le soutien et la notoriété du groupe Orange, d’abord en Tunisie mais surtout à l’échelle internationale, mais également grâce à la visibilité offerte par la compétition, le networking créé et les compétences acquises et/ou renforcées durant tout le processus de la compétition.

Le POESAM est une chance de s’affirmer dans le monde entrepreneurial afin de résoudre un problème social et ainsi soumettre la performance économique aux critères de l’intérêt général. Etre sélectionné parmi les 3 lauréats du POESAM est une chance accordée à AVCare pour pouvoir s’affirmer dans le paysage entrepreneurial en Tunisie et à l’étranger

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Twitter.

Retrouvez le HuffPost Tunisie sur notre page Instagram.