MAROC
10/08/2018 12h:43 CET

À la Fashion Week de Copenhague, des mannequins défilent en burqa pour dénoncer son interdiction

Au cours du défilé, de faux policiers se sont mêlés aux femmes voilées.

MODE - La Fashion Week de Copenhague a pris un tournant engagé avec Reza Etamadi. Ce créateur danois d’origine iranienne a voulu faire passer un message lors de la présentation de sa marque streetwear MUF10, ce mercredi 8 août, en habillant les mannequins avec des niqabs et des hijabs.

Amina Adan, la première mannequin danoise à porter le voile, a assuré l’ouverture et la fermeture du défilé. Elle avait représenté la marque Max Mara à la Fashion Week de Milan en février. Initialement recrutée à une station de bus, elle a foulé le catwalk mercredi avec un hijab sur la tête, un t-shirt avec des inscriptions sur le dos et des lunettes de soleil sur le nez.

 

A post shared by DANMARK (@muf10) on

Des mannequins vêtus comme des agents de police ont fait leur entrée. Ils se sont placés sur le côté du podium, au-dessus de deux hommes menottés et assis sur un sol décoré de fleurs. Au cours du défilé, ces faux policiers se sont mêlés aux femmes voilées et une femme avec l’uniforme et une femme avec un niqab se sont embrassées.

Un instant inspiré de l’une des scènes des manifestations du mercredi 1er août. Ce jour-là, l’interdiction du port d’un vêtement masquant le visage était entrée en vigueur au Danemark. En réponse à cette décision, des centaines de personnes sont descendues dans les rues pour manifester.

Reuters

L’interdiction du voile intégral en public avait été approuvée en mai par les membres du Parlement. Un vote qui permet de condamner à une amende ou à deux ans de prison une personne qui force ou menace une femme à couvrir son visage. Des législations similaires ont été adoptée en Autriche, en France et en Belgique. Généralement, les autorités évoquent des raisons qui ne sont pas liées à la religion, mais plutôt à la sécurité.

“J’ai un principe: aucun homme ne devrait décider de ce que porte une femme”, a affirmé Reza Etamadi, qui dénonce ce genre de loi, dans un communiqué.

Cet article a initialement été publié sur Le HuffPost France.