MAROC
06/07/2019 14h:55 CET | Actualisé 06/07/2019 16h:58 CET

A Jazzablanca, le groupe britannique Metronomy célèbre l'amour, l'été et la vie nocturne

Et marque son grand retour, après trois ans dans l'ombre.

Jazzablanca

CULTURE - Sur la route des festivals du monde entier, Metronomy, le groupe britannique de rock indie et électro formé il y a vingt ans, a fait escale à Casablanca et marqué son grand retour après trois ans d’absence. Devant le très nombreux public de la scène de Jazzablanca, qui surplombe le golf d’Anfa, Joseph Mount et sa bande ont joué, vendredi soir durant 1h30, leurs plus grands succès mais aussi distillé au compte-gouttes quelques exclusivités du prochain album à venir, “Metronomy Forever”.

Après Coachella ou Glastonbury, c’est sous le ciel clair et étoilé de Casablanca que le groupe londonien pose batterie, synthé et basses. Dans un “very bad french” (très mauvais français, ndlr), le leader Joseph Mount salue chaleureusement la foule avant d’entamer les tubes les plus emblématiques du groupe. L’air est chaud, l’ambiance est électrique, et rapidement, les gradins tremblent sous les pas de danse du public. “The Bay”, “A thing for me”, “Love Letters”, “Reservoir” ou “Heartbreaker” ont très certainement rythmé les années lycée et étudiantes d’une bonne partie du public, et rappellent les histoires d’adolescents et la passion des premiers amours. 

Accompagné par l’excellent Olugbenga Adelekan à la basse, la douce mais pétillante Anna Prior à la batterie, Oscar Cash au clavier et Michael Lovett, qui a récemment rejoint le quatuor, Joseph Mount a repris, ce soir-là, quelques titres du très iconique album “Nights Out”, véritable ode à la vie nocturne et à la jeunesse éternelle, récemment réédité il y a quelques mois.

Et si dans le public l’ambiance est à la fête, elle laisse rapidement place à l’amour dès les premières notes de “Wedding Bells”, une exclusivité de leur prochain album. “Je souhaiterais qu’on parle un peu d’amour ce soir à Casablanca. C’est une chanson à propos du mariage, du fait de se marier ou non”, lance à la foule le leader du groupe. La mélodie et la voix de Joseph, très douces, marquent une pause dans la frénésie de la soirée et offrent au public un petit moment de répit.

Puis, quelques notes de pop-disco retentissent et le groupe enchaîne avec “Salted Caramel Ice Cream”, une autre exclusivité qui souffle un délicieux vent de fraîcheur... avant de nous faire fondre comme glace au soleil.

Le rythme à la fois très enjoué et nerveux et les riffs de guitare de “Lately” entraînent ensuite les spectateurs dans une petite transe, plutôt inhabituelle pour le public de la scène Anfa. Morceaux après morceaux, le groupe, au spectre sonore très éclectique, confirme son titre d’ovni sur la scène musicale. 

Sur un fond de percussions orientales, Joseph Mount s’épanche: “Nous aimons le Maroc. Nous aimons la ville de Casablanca et les gens que nous y avons rencontré. Nous aimons surtout la nourriture marocaine” confie-t-il, presque comme un hommage à cette ville où le groupe se produit pour la première fois.  

Pour clôturer cette soirée incroyable, Metronomy entame son plus gros succès, “The Look”, de l’excellent album “The English Riviera” et achève le public. La foule chante en choeur le refrain de cette chanson qui, dix ans après, continue de marquer les esprits. En attendant l’album “Metronomy Forever”le 13 septembre prochain, le groupe prouve qu’après trois ans dans l’ombre, sa place ne peut être qu’au soleil... et pour toujours, dans nos playlists estivales.